mardi 11 septembre 2007

Dans quelle mesure les biocarburants sont-ils une source d’énergie durable ?

Un point documenté sur le débat qui agite le monde du biocarburant : ces nouveaux carburants présentent-ils une opportunité exceptionnelle ou limitée ?

Auteur : Bart de de Steenhuijsen Piters

À l’exception du Niger, du Cameroun et de Trinité-et-Tobago, tous les pays ACP dépendent de combustibles pétroliers importés pour subvenir à leurs besoins énergétiques. Les prix du marché mondial des combustibles fossiles sont imprévisibles et en proie à une augmentation continue dans un futur proche. Les biocarburants peuvent-ils offrir une alternative à long terme en utilisant des énergies renouvelables localement produites à un coût relativement constant ? Quels en sont les gains aux niveaux « micro » et « macro » et quelles sont les contraintes et les effets négatifs que l’on peut redouter avec la production de biocarburants à grande échelle ? Les biocarburants peuvent-ils être produits sur une base durable et quels seraient les prérequis pour atteindre un tel objectif ?

Les biocarburants sont des produits qui peuvent être transformés en combustibles liquides afin de servir pour les transports ainsi que pour le chauffage. Le bioéthanol et le biodiesel constituent deux des formes les plus communes de biocarburants. Outre celles-ci, on citera le bioéthanol, le biodiméthyléther ainsi que le biogaz. Le bioéthanol est produit à partir de plantes de culture telles que la canne à sucre, le maïs, la betterave, le blé et le sorgho. Une nouvelle génération de bioéthanol « lignocellulosique » englobe également un éventail de produits forestiers tels que les taillis à courte rotation et les herbacées à valeur énergétique. Le biodiesel est obtenu à partir de graines telles que colza, tournesol, soja, palme, noix de coco ou jatropha. Les nouvelles technologies du biodiesel permettent de synthétiser le diesel combustible à partir du bois et de la paille, vers l’étape de gazéification (Annie Dufey, IIED, 2007).

La production à grande échelle de biocarburants débuta dès 1970 au Brésil, où l’industrie du sucre connut un grand essor malgré de sérieuses distorsions de marché dues aux régimes de subvention appliqués dans les économies occidentales. La transformation du sucre en bioéthanol avait plusieurs fins, comme la substitution de combustibles fossiles d’importation ou bien la réduction du flux des échanges avec l’étranger en passant par la protection du marché domestique du sucre. C’est seulement récemment que les biocarburants ont commencé à recevoir l’attention mondiale. Les raisons de cet intérêt général résident dans le potentiel dont disposent les biocarburants pour réduire les émissions de gaz à effet de serre ainsi que la dépendance à l’égard des carburants d’origine fossile tout en offrant une parade aux prix élevés du pétrole en 2005 et en 2006. Les biocarburants et les industries de ce secteur peuvent créer des opportunités de revenus pour les agriculteurs locaux et pourraient même influer sur les prix du marché des denrées agricoles pour lesquelles la demande augmente, notamment le sucre, le maïs et le soja.

Les échanges en crédits de carbone commencent à avoir un impact positif sur l’économie des industries du secteur des biocarburants.

Rudy Rabbinge, professeur en développement durable et sécurité alimentaire à l’université de Wageningen, terminait sa présentation en date du 18 décembre 2006, lors du Koninklijke Landbouwkundige Vereniging, en affirmant que les plantes de culture actuellement utilisées pour les biocarburants n’étaient pas des sources d’énergie suffisantes et qu’elles nécessitaient de vastes surfaces de terres arables, qui ne seront pas disponibles pour d’autres fins telles que la production alimentaire. Il plaida vivement en faveur du développement de plantes de culture C4 (arbres et producteurs de biomasse) qui sont de meilleurs convertisseurs d’énergie, tout en défendant une production limitée de plantes telles que le jatropha dans les pays en développement ainsi qu’une valorisation des déchets.

D’autres détracteurs de la promotion mondiale de la production des biocarburants font également référence aux vastes espaces qui seraient requis pour mettre en place des économies fondées sur la production biologique. La biomasse produit en moyenne 20 000 kWh par hectare, l’énergie éolienne 150 000 kWh et l’énergie solaire 400 000 kWh (Vollenbroek, 2006). Peut-on promouvoir la production massive des biocarburants si l’on prend en compte la croissance démographique, l’augmentation rapide de la consommation humaine ainsi que notre souci de préserver la biodiversité et les ressources naturelles ?

Plusieurs auteurs ont indiqué que les plantes de culture destinées à la production de biocarburants avaient besoin d’intrants agricoles tels que les engrais industriels qui nécessitent des énergies fossiles pour leur production ainsi que pour leur transport. Cela affecterait de façon négative la contribution brute des biocarburants à la réduction du dioxyde de carbone atmosphérique.

On estime qu’un litre de biocarburant représente 0,2 à 1,3 litre d’équivalent-pétrole, selon les cas (Katan et al., 2006). Ces estimations se réfèrent principalement aux systèmes de production intensifs présents en Europe ainsi qu’aux États-Unis. Les systèmes de production dans les pays ACP sont généralement moins intensifs en termes d’usage d’intrants. Les plantes de culture destinées à la production de biocarburants dans les pays ACP consomment généralement moins d’engrais industriels et dépendent davantage des nutriments disponibles dans le sol. Cela pose immédiatement des questions relatives à la durabilité de la production des biocarburants : l’extraction des nutriments présents dans le sol afin de produire des combustibles conduira-t-elle à l’épuisement des ressources naturelles ?

Le nouvel intérêt mondial pour les biocarburants s’est déjà manifesté par l’expansion rapide des marchés internationaux des biocarburants. Un nombre croissant de pays industrialisés et en développement ont instauré des politiques visant à augmenter la part des biocarburants dans les programmes énergétiques. Avec l’entrée en vigueur récente du protocole de Kyoto et la mise en place à l’échelle mondiale d’objectifs nationaux pour les biocarburants, on estime que d’ici les vingt prochaines années la production des biocarburants aura quadruplé et qu’elle représentera environ 10 % des carburants mondiaux pour moteurs (Agence internationale de l’énergie, 2004). Au sein de l’Union européenne, il est clair que la priorité est donnée au développement de plantes de culture C4 ainsi qu’à l’utilisation des déchets agro-industriels. À cet effet, des investissements publics et privés sont effectués en vue du développement technologique. Cette orientation n’est pas encore observée dans les pays ACP.

Dans les pays ACP et plus particulièrement en Afrique subsaharienne, les nouvelles initiatives tendent à se concentrer sur la production de biodiesel à base de plantes à graines oléagineuses. Plante autrefois négligée, le jatropha compte parmi les espèces les plus prometteuses. Dans un article datant du 19 février 2007, paru dans l’hebdomadaire Newsweek, le jatropha était présent comme « la Cendrillon du monde végétal : jetez une graine dans le plus pauvre des sols de la planète et vous obtiendrez un buisson susceptible de durer une cinquantaine d’années ». D’après Newsweek, des sociétés norvégiennes, indiennes et britanniques sont en compétition pour acheter ou bien louer d’immenses parcelles de terre africaines pour la plantation de jatropha. L’entreprise britannique D1 Oils a fait l’acquisition de 20 000 ha au Malawi et 15 000 ha en Zambie. La société indienne IKF Tech a, quant à elle, sollicité des baux gouvernementaux pour un total de 150 000 ha de terre au Swaziland, au Mozambique et en Afrique du Sud. Worldwide Bio Refineries, société britannique, possède 40 000 ha mis en jachère pour sa production au Niger, les plantations étant prévues pour le mois de mai. Des pays tels que le Mali et le Mozambique ont créé des groupes spéciaux pour la promotion du jatropha.

L’opinion publique concernant l’usage de l’huile de palme en tant que biocarburant devient de plus en plus critique compte tenu des preuves apportées que les forêts tropicales sont mises en péril par la création de plantations de palmier. Les premières affirmations selon lesquelles la production de biocarburants a relancé le prix à la consommation du maïs, affectant ainsi la sécurité alimentaire des ménages pauvres en milieu urbain, sont parues dans les journaux. Comment la création de plantations de jatropha à grande échelle affectera-t-elle les petits exploitants et les gardiens de bétail en Afrique subsaharienne ? Dans quelle mesure peut-on parler de systèmes de production de biodiesel « verts » ? Le jatropha ne devrait-il pas être dans une plus grande mesure intégré aux systèmes d’exploitation déjà existants afin de réaliser des effets d’échelle à travers l’engagement de centaines de milliers de petits exploitants ?

À l’issue de tous ces débats et rapports de recherche, une chose est claire : les biocarburants servent plusieurs fins et encore bien plus d’intérêts. Un débat sur l’avenir des biocarburants aboutit à une confrontation d’idéologies et de courants de pensée qui sont généralement opposés. Il convient d’admettre que la réalisation de bénéfices environnementaux, économiques et sociaux grâce aux biocarburants n’est pas acquise. Les compromis doivent être entendus clairement par chacune des parties prenantes. Les initiatives pragmatiques privées semblent mériter l’attention d’un point de vue économique et pourraient cependant déboucher sur des conséquences négatives pour la société ainsi que pour l’environnement. Comme le remarque Annie Dufey, de l’IIED (2007), les pays en développement doivent saisir les opportunités et apprécier les coûts du marché des biocarburants en identifiant ceux qui sont les plus adaptés pour atteindre leurs objectifs de développement durable. L’échelle de production des biocarburants a son importance pour pouvoir réaliser des économies d’échelle. Mais les modèles à grande échelle présentent le risque d’évincer les petits producteurs ainsi que de perdre les bénéfices du développement durable qui sont associés. Par ailleurs, il semblerait que l’Union européenne ait opté pour une politique intérieure d’investissements technologiques qui limite l’utilisation des ressources foncières tandis que, dans les pays ACP, les sociétés privées sont prêtes à transformer de vastes superficies de terres apparemment nues en cultures pour les biocarburants. L’harmonisation des politiques sur les biocarburants à l’échelle mondiale ainsi que l’optimisation des investissements publics et privés dans l’intérêt du développement durable sont une urgente nécessité.

Bart de Steenhuijsen Piters (PhD), responsable du développement économique durable, Institut royal des tropiques (KIT), département Development, Policy and Practice

Références

Dufey A., 2007. International trade in biofuels : Good for development ? And good for environment ? Institut international pour l’environnement et le développement.

IEA, 2004. Biofuels for Transport : An International Perspective. Agence internationale de l’énergie, Paris.

Katan