Initiative Développement – rapport annuel 2016

Logo ID Noir et BlancInitiative Développement (ID) est une association de solidarité internationale qui, depuis 1994, accompagne des communautés défavorisées des pays du « Sud » en leur donnant les moyens d’agir à travers des structures locales, pour un accès durable à des services de base : soins de santé, eau et assainissement, éducation, agriculture, énergies (pour 20% de son budget) … ID intervient dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables en République du Congo, en Chine, aux Comores et au Sénégal.

Le rapport annuel 2016 présente les actions conduites par ses 116 salariés sur le terrain

Gret – Rapport annuel 2016

Le Gret est une ONG de développement créée en 1976. Son rapport annuel présente une synthèse des 150 projets, études et expertises conduits en 2016 par ses 714 professionnels dans 22 pays, sur 7 thématiques, dont l’énergie et la gestion des ressources naturelles.

Ce rapport est téléchargeable ci-dessous. Il peut aussi être lu directement en cliquant ICI.

De la Méditerranée aux rives du Mékong, les actions 2016 du GERES

RA2016-couverture2016 a été un point d’étape important et symbolique pour le GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement, Solidarités) qui a fêté ses 40 ans. Depuis 4 décennies, cette ONG agit pour favoriser l’accès à une énergie durable et l’appropriation de technologies sobres en carbone, améliorer les conditions de vie des plus pauvres, préserver l’environnement et limiter les changements climatiques.

En 2016, 75 actions ont été conduites dans 22 pays en Afrique du Nord et de l’Ouest, en Asie centrale et du Sud-est, et en Europe, notamment en région PACA. Des  hammams durables au Maroc, des serres solaires passives en Mongolie et en région PACA, des cuiseurs solaires en Afghanistan, une rénovation énergétique à Aix ou une zone d’activités électrifiée au Mali sont quelques-unes des actions sur le terrain.

3600 entrepreneurs ont été soutenus ou accompagnés. Pour 350 000 bénéficiaires directs et 1 600 000 bénéficiaires indirects.

Mais le GERES n’agit jamais seul. Cette mission a pu être accomplie grâce au soutien continu de ses partenaires techniques et financiers et à l’engagement de ses 169 collaborateurs. En 2016 encore, le GERES a pu compter sur l’appui et la collaboration de 71 partenaires financiers (17 fondations et fonds de dotation, 12 entreprises, et de nombreux soutiens publics régionaux, nationaux et internationaux) et 105 partenaires techniques pour mener à bien ses projets sociaux et environnementaux en Europe, en Afrique et en Asie.

Fondation Energies pour le Monde – Rapport annuel 2016

Logo-Fondation-energies-pour-le-mondeSpécialiste de l’électrification rurale, essentiellement avec des systèmes photovoltaïques, la Fondation Energies pour le Monde est intervenue dans 5 pays africains en 2016 : Burkina Faso, Guinée, Madagascar, Mali, Sénégal.

Ses programmes portent sur l’électrification de localités rurales à l’écart des réseaux nationaux, le plus souvent à l’aide de mini-réseaux alimentés par des centrales solaires de moins de 20 kWc en général. Un travail de planification en amont et d’accompagnement des opérateurs locaux, en matière de micro-crédit, de nouvelles formes de paiement, d’aide à la gestion et à la maintenance des équipements, complètent ces investissements.

Pour en savoir plus, consulter les Rapports annuels téléchargeables sur le site de la Fondation.

Electriciens sans frontières – Rapport annuel 2016

logo esfEn 2016, les 1200 bénévoles et l’équipe salariée de l’ONG Electriciens sans frontières ont mis en oeuvre 120 projets dans 31 pays, 80% faisaient appel aux énergies renouvelables, 1/4 ont contribué à l’accès à l’eau.

Ces actions concernent :

  • les besoins de développement durable (santé, éducation, éclairage, activités économiques, au Maroc, au Kenya, en Guinée, au Vietnam …),
  • mais aussi l’urgence (Haïti)
  • et le soutien à d’autres acteurs de la solidarité internationale (Palestine, Madagascar).

Retrouvez l’ensemble de ces actions dans le Rapport annuel 2016 et l’Essentiel 2016 de l’ONG.

Accès à l’énergie : passer à l’échelle – Une étude Hystra

Hystra report 2017

Que peut-on apprendre des premiers succès des distributeurs de lampes solaires? Le système Pay-as-you-Go sera-t-il la panacée pour les SHS ? Existe-t-il un modèle commercialement durable pour les micro-grids à énergie propre ? Pourquoi les foyers améliorées ne se diffusent pas aussi rapidement que les lanternes solaires ? Quel est le potentiel commercial pour les pompes d’irrigation solaires ?

Le paysage de l’accès à l’énergie a progressé rapidement au cours des dernières années : les nouvelles technologies, les leaders émergents, Pay-as-you-Go, l’élan pour les énergies renouvelables, etc. Huit ans après son premier rapport sur l’accès à l’énergie, Hystra a publié en 2017 une nouvelle recherche sur les possibilités de passage à l’échelle, tirant les leçons de l’analyse approfondie de 26 praticiens pionniers.

Ce travail a été soutenu par la Banque asiatique de développement, Inclusive Business Action Network, responsAbility Investments AG, Schneider Electric, the Swiss Agency for Development and Cooperation, TOTAL, and the U.S. Agency for International Development.

Potentiel et déterminants de la demande volontaire en crédits carbone en France

Potentiel-et-déterminants-de-la-demande-volontaire-en-crédits-carbone-en-France-9-pdf-image-210x297

Dans le cadre du projet de référentiel de certification national VOCAL, la demande en crédits carbone sur le marché de la compensation carbone volontaire en France a été quantifiée et caractérisée au travers d’un questionnaire en ligne et des entretiens réalisés au 1er semestre 2016 par I4CE.

Sur la base de ce sondage, près de 2 MTéqCO2 ont été achetées en France en 2015 dans le cadre de la compensation carbone volontaire, à un prix moyen de 4,2€/TéqCO2. Ce prix masque une fourchette de prix très large, et de grandes disparités entre acheteurs : avec d’une part, quelques acheteurs de gros volumes, bénéficiant de prix bas et d’autre part, une majorité d’acheteurs de volumes moindre, achetant à des prix plus élevés.

Cette publication met en évidence les caractéristiques des financements de projets dans le cadre de la compensation carbone ou de démarches assimilées.

Low Cost Small Wind Turbines Generators for Developing Countries

samani_548x365Thèse réalisée par S.O. Ani au département Electrical Sustainable Energy de l’Université de Delft (Pays-Bas). Un document intéressant qui fait le point sur les petites éoliennes dans les pays en développement avant d’aborder des aspects plus techniques. Nombreuses références en fin de document.

Abstract traduit :

L’énergie éolienne représente un pourcentage croissant de l’énergie fournie au réseau électrique. La production d’électricité à partir du vent est maintenant moins chère que les autres énergies renouvelables et presque compétitive par rapport aux autres sources classiques de production d’électricité. Cependant, cette croissance impressionnante est en grande partie due aux progrès dans les grandes éoliennes, en particulier les éoliennes off-shore. Par contre, les petites éoliennes ne se sont pas développées à un rythme aussi impressionnant. Au cours des dernières années, un taux de croissance annuel d’environ 30% a été enregistré dans la grande puissance éolienne installée alors que la croissance moyenne des petites éoliennes était de 9%. En dépit de leur énorme potentiel pour fournir de l’électricité à plus d’un milliard de personnes vivant principalement dans les pays en développement.

L’objectif de cette thèse est de développer des générateurs à faible coût adaptés aux petites éoliennes. Une solution de générateur à faible coût est nécessaire pour faire des éoliennes de petite taille une option attrayante pour les régions éloignées des pays en développement qui sont considérés comme les zones ayant le plus grand potentiel pour de tels systèmes. Pour atteindre cet objectif, cette thèse aborde trois grands problèmes identifiés comme responsables de la faible pénétration des petites éoliennes dans les pays en développement : 1) coût élevé des systèmes actuels ; 2) maintenabilité des systèmes ;  3) rendement énergétique et fonctionnement à faible vitesse de vent. Pour relever ces défis, cette thèse porte sur le générateur (photo ci-dessus de T. van Dijk) qui est un composant majeur des petites éoliennes.

Development of wind energy in Africa

cape-verde-wind-farmCe dossier décrit l’évolution du marché de l’énergie éolienne en Afrique et ses caractéristiques structurelles. Il repose sur une analyse de 94 projets.

Ce Working Paper de 43 p., en anglais, a été réalisé par une équipe d’économistes de la Banque Africaine de Développement.

 

Biogaz : valorisation des déchets halieutiques à St Louis (Sénégal)

L’association « Le Partenariat » est active depuis de nombreuses années dans la région de St Louis, au nord du Sénégal, notamment dans le domaine de l’assainissement. C’est ce qui l’a conduit à mettre en oeuvre des projets de production de biogaz à partir des déchets présents dans la ville de St Louis, d’abord avec les déchets de l’abattoir, puis maintenant avec les déchets de la transformation du poisson par les femmes.

Ces documents fournis par Le Partenariat fournissent les résultats des premières études, avec notamment des tests de production en grandeur réelle et des plans d’installation.