Biogaz : valorisation des déchets halieutiques à St Louis (Sénégal)

L’association « Le Partenariat » est active depuis de nombreuses années dans la région de St Louis, au nord du Sénégal, notamment dans le domaine de l’assainissement. C’est ce qui l’a conduit à mettre en oeuvre des projets de production de biogaz à partir des déchets présents dans la ville de St Louis, d’abord avec les déchets de l’abattoir, puis maintenant avec les déchets de la transformation du poisson par les femmes.

Ces documents fournis par Le Partenariat fournissent les résultats des premières études, avec notamment des tests de production en grandeur réelle et des plans d’installation.

Du biogaz pour les ménages en Chine et en Afrique

Depuis 2002, l’ONG Initiative Développement agit en Chine pour la réalisation de projets de développement et de protection de l’environnement en faveur des populations rurales du Guizhou et du Yunnan, provinces du sud-ouest du pays particulièrement pauvres.  ID y a déjà construit plusieurs milliers de digesteurs familiaux et aujourd’hui elle appuie plusieurs projets de diffusion à grande échelle.

En Afrique (Congo, Tchad, Comores), ID étudie la transposition de ce modèle.

Plusieurs documents présentent ces réalisations sur le site de l’ONG, notamment des vidéos.

Valorisation énergétique des coques de cajou par pyrolyse

Rongead-Bobo-atelier transfo cajou Gebana-7

Dans le cadre du projet CAJOUVALOR, RONGEAD et Cefrepade ont mis au point un four de pyrolyse des coques d’anacarde (noix de cajou), le H2CP (High Calorific Cashew Pyrolyser).

Il permet de fournir l’énergie nécessaire à une unité de transformation de cajou (ici l’usine GEBANA de Bobo Dioulasso au Burkina Faso) en transformant les coques de cajou sous forme de gaz de pyrolyse. Les gaz sont directement brûlés en chambre de post combustion pour alimenter la chaudière de transformation des anacardes tandis que le charbon restant peut être utilisé comme un charbon de bois.

En 2016, ce projet a bénéficié du prix Suez-Initiatives-Institut de France et un 2ème H2CP a été installé au Mali.

Biogaz, Le Partenariat agit au Sénégal et en Moldavie

Créée en 1981 sous le nom « Partenariat Lille Saint-Louis du Sénégal », l’association Le Partenariat émane au départ d’une volonté de faire vivre le jumelage entre les villes de Lille et Saint-Louis du Sénégal. Depuis cette époque, elle est devenue une ONG autonome et a élargi son action à d’autres territoires, le Maroc, la Guinée et, depuis 2015, la Moldavie. Et dans ce pays d’Europe de l’Est, le Partenariat a été sollicité par l’ambassade de France pour son expertise en biogaz.

En effet, depuis 2011, le Partenariat mène des projets de diffusion de la technologie biogaz au Sénégal. Une installation pilote a d’abord été construite au Centre d’Initiation Horticole de Saint-Louis. Puis plusieurs projets ont suivi  : 5 cuves construites aux abattoirs de Saint-Louis, 4 cuves aux abattoirs de Podor, et 20 cuves sont en construction à Saint-Louis, avec le concours de la ville de Lille et de la Métropole Européenne de Lille. Au niveau des abattoirs, le biogaz est très intéressant parce qu’il fournit de l’énergie tout en assainissant le quartier en éliminant les nombreux déchets organiques de ces activités.

Depuis septembre 2015, le Partenariat intervient donc en Moldavie, où une cuve de méthanisation et d’une unité d’assainissement par phyto-épuration sont en construction.  Ce test à l’échelle d’une famille rurale est complété par une étude de faisabilité pour un programme de promotion de la méthanisation à plus grande échelle.

Et des perspectives sont en cours pour doter les abattoirs de la commune d’El Aounate (Maroc) de cuves de méthanisation.

Valorisation énergétique des coques d’anacarde : le projet Cajouvalor primé par le fonds Suez-Initiatives

Le 1er juillet 2016, le projet CAJOUVALOR mis en oeuvre par RONGEAD, en partenariat avec CEFREPADE, a obtenu le Prix Suez Initiatives-Institut de France destiné à soutenir et à encourager des projets et des innovations contribuant à développer l’accès aux services de l’eau, de l’assainissement et de la gestion des déchets dans les pays en développement.

Avec CAJOUVALOR, RONGEAD et le Cefrepade ont développé une technologie de valorisation énergétique d’un déchet, les coques d’anacarde, grâce à la mise au point d’un réacteur de pyrolyse dit « H2CP » (High Calorific Cashew Pyrolyser). Le système permet de transformer les déchets issus du décorticage de la noix de cajou en deux types de combustibles : des gaz de pyrolyse alimentant notamment une chaudière, et du Biochar à usage domestique ou professionnel, distribué sous formes de plaquettes aux populations locales en remplacement du charbon de bois (issu de forêts non gérées et menacées).

La remise du Prix Accès aux Services Essentiels a eu lieu le 1er juillet à l’Institut de France

Après l’unité de l’usine GEBANA de Bobo Dioulasso (Burkina Faso) où a été mis au point le H2CP, RONGEAD a installé une 2ème unité au Mali en 2016.

En savoir plus sur le Projet CAJOUVALOR

Sustainable Green Fuel Enterprise – Etude d’impact social

SGFE (Sustainable Green Fuel Enterprise) est une entreprise sociale créée en 2008 par le GERES et PSE (Pour un Sourire d’Enfant) pour contribuer à la lutte contre la pauvreté et contre la déforestation au Cambodge. SGFE a deux missions :

  • promouvoir les charbriquettes, une alternative au charbon de bois, produites avec des déchets organiques
  • fournir des emplois stables aux collecteurs de déchets pour les aider à améliorer leurs conditions de vie et la scolarisation de leurs enfants.

Cette étude repose sur des enquêtes conduites sur le terrain par Planète d’Entrepreneurs. Elle vise à évaluer l’impact économique et social à la fois pour les employés de SGFE et leurs familles, et pour leurs clients.

Lettre d’information N°5 du programme Typha en Mauritanie

Le programme Typha s’est donné pour objectif la valorisation énergétique à l’échelle artisanale et industrielle du typha

Les points suivants sont abordés dans cette lettre :

  1. l’Iset de Rosso a commencé les tests de production de charbon de Typha à l’échelle industrielle . Il s’est avéré qu’il était techniquement impossible de densifier le Typha sec seul pour la ligne « cuisine ». Une nouvelle matière première a donc fait son apparition dans le processus de production, il s’agît de la balle de riz. Elle est peu utilisée et disponible en grande quantité à Rosso (≈ 8 000 t/an). Il est possible de produire 170 kg/h de bu-chettes en mélangeant 50 % de Typha sec trié avec 50 % de balle de riz brute. La re-cette du charbon de Typha pour encens est elle aussi définie, le Typha carbonisé broyé sera mélangé avec 5 % de gomme arabique.
  1. Breune démarre et 4 nouveaux villages se préparent. L’installation de l’unité artisanale du village de Breune à 13 km à l’est de Rosso a eu lieu en octobre 2014. Après une visite d’échange à l’unité de Garack, les équipes de produc-tion ont été formées à la technique de production et ont suivi une formation en organi-sation et gestion. Les opérateurs sont capables d’assurer une production de qualité.
    Les carbonisateurs, les presses et les claies de séchage pour les nouvelles unités des villages de Tounguène, Chgara, Keur Madickè et Oumou El Ghoura ont été fabriqués intégralement à l’Iset. Actuellement, les bâtiments qui hébergeront les unités sont en cours de construction. En parallèle, les formations à la coupe du Typha et à sa carbo-nisation ont débuté dans les 4 villages. Les unités produiront du charbon début 2015.
  1. La cartographie intégrale des surfaces envahies par le Typha australis dans le bas del-ta du fleuve Sénégal en Mauritanie est finalisée. Le Typha occupe plus de 24 000 hec-tares, soit un potentiel d’environ 240 000 tonnes de charbon produit industriellement.

Pour en savoir plus, contacter :

Représentation du Gret en Mauritanie
BP 5261, ZR 573, TVZ, Nouakchott
tel : +222 45 25 84 96 / e-mail : mauritanie@gret.org
www.gret.org/mauritanie

Contact en Mauritanie : Tourad Ould Sery

Contact en France : Julien Cerqueira

Jacques Monvois

StovePlus investit la Toile

Lancement d’un site web dédié aux porteurs de projet développant des solutions de cuisson propre à travers le monde.

StovePlus est un programme qui vise à améliorer l’accès aux foyers améliorés par les utilisateurs de biomasse (bois, charbon de bois, déchets végétaux…). Issu de près de 20 ans d’expérience du GERES sur le terrain, StovePlus apporte un soutien technique aux porteurs de projet développant des solutions de cuisson propre à travers le monde.

Aujourd’hui, StovePlus investit la toile ! Un site web flambant neuf, un nouveau compte Twitter et une page entreprise sur LinkedIn : restez connectés, StovePlus n’aura plus de secret pour vous !

Découvrez et suivez toutes les actualités, les activités sur le terrain, mais aussi les ressources, la présentation des projets et l’approche du GERES sur StovePlus.org.

Vous êtes hyper actif sur Twitter ? Votre contenu intéresse ! Partage des actualités les plus pertinentes, des ressources les plus intéressantes et des découvertes les plus importantes : on tweete et on retweete avec @Stoveplus.

Enfin, vous pouvez vous abonner à la page Linkedin pour les actus jobs et évènements !

Pour en savoir plus : http://www.stoveplus.org/fr

 


 

Contact : contact@geres.eu

Rencontres Energies à InnovAfrica- Dakar du 26 au 30 novembre 2012

Innov’Africa s’appuie sur une organisation collaborative et participative, sur l’autogestion, sur le web 2.0 mais aussi sur des ateliers pratiques de réflexion et de construction (FabLabs).

Il s’appuie sur les synergies créées par la rencontre d’univers différents mais
complémentaires et animées par la même volonté d’avancer : informaticiens, techniciens, ONG, entrepreneurs, étudiants, chercheurs…

Jacques Monvois

Lauréats 2010 du Prix de la fondation POWEO

IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN Association IFRADE, Bukavu, sud-Kivu, Rép. Démocratique du Congo Sahel-Energie, Dakar, Sénégal IDRISSOU Mohamed, gérant de IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN L’aventure débute au début des années 2000. IDRISSOU Mohamed, d’origine béninoise et installé à Maroua, au nord du Cameroun, est alors un électricien qui travaille seul. En 2002, il crée l’établissement de commerce IBC Cameroun avec une orientation Eau & Electricité. Il propose des solutions solaires et gagne (…)

- IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN

- Association IFRADE, Bukavu, sud-Kivu, Rép. Démocratique du Congo

- Sahel-Energie, Dakar, Sénégal

IDRISSOU Mohamed, gérant de IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN

L’aventure débute au début des années 2000. IDRISSOU Mohamed, d’origine béninoise et installé à Maroua, au nord du Cameroun, est alors un électricien qui travaille seul. En 2002, il crée l’établissement de commerce IBC Cameroun avec une orientation Eau & Electricité. Il propose des solutions solaires et gagne progressivement des marchés de travaux plus importants. En 2008, fort de son succès, Idrissou décide de transformer son établissement en SARL. Aujourd’hui, IBCC, avec un chiffre d’affaires d’environ 300000 €, fait travailler 9 personnes. Elle réalise des installations solaires dans des zones rurales enclavées et auprès des populations les plus pauvres à la demande de missionnaires, d’ONG, d’organismes de coopération ou de l’état. M.Idrissou a récemment créé IBCC-Bénin à Cotonou.

http://www.ibcam.sitew.com

Solange KASIBA, présidente de l’association IFRADE, Bukavu, sud-Kivu, République Démocratique du Congo

Au Sud-Kivu, les violences, le SIDA et la stigmatisation des victimes des viols sont le lot quotidien des femmes. C’est dans ce contexte difficile que Solange Kasiba décide, en 2005, de créer l’IFRADE (Initiative des femmes pour la redynamisation des atouts de développement). Elle veut encourager l’autopromotion des femmes et la lutte contre la pauvreté.
En 2008, une 1ère presse pour produire des briquettes à partir de déchets verts est construite par un menuisier local. Les déchets (papiers, feuilles mortes, sciures, résidus des usines de thé et des rizeries…) sont collectés, broyés, trempés, mélangés, pressés, séchés sous forme de briquettes utilisables en remplacement du bois ou du charbon de bois. Plus de 50000 briquettes ont été produites en 2010, pour une clientèle de femmes pauvres de Bukavu et sa périphérie. Le Prix de la fondation POWEO a permis à l’IFRADE de développer cette production. Cette activité fournit des revenus aux femmes membres de l’IFRADE et constitue une économie pour les ménages consommateurs, elle évite aux femmes de se déplacer en forêt pour collecter du bois, avec tous les risques que cela comporte, et les nuisances liées à ces déchets sont éliminées.

Becaye Blondin DIOP, gérant de Sahel-Energie, Dakar, Sénégal

Expert comptable de formation, B. Diop est rentré au Sénégal en 2007, fort d’une expérience d’une trentaine d’années en France. Pour créer son entreprise au Sénégal, B. Diop s’appuie sur des fournisseurs de matériels compétents, mais surtout sur ses moyens propres et son expérience. Choix d’un emplacement favorable à Dakar, embauche d’un technicien compétent en énergie solaire, mise en place d’un solide relationnel avec quelques fournisseurs basés en Allemagne vont permettre à Sahel-Energie de croitre.
L’activité de Sahel Energie s’articule autour de deux grands axes :

- l’éclairage solaire : lampes portables Elixo en zone rurale non électrifiée, électrification de centres de santé, éclairage et chauffe-eaux solaires en milieu urbain, lampadaires
- pompage solaire pour l’approvisionnement en eau potable des villages.

www.sahel-energie.com

Voir aussi

Les projets de la Fondation Poweo