Construire des coalitions d’acteurs équilibrées pour l’électrification rurale. L’exemple de Madagascar.

PPD-18_FR_vignette-Web

Plusieurs centaines de millions de personnes n’ont pas d’accès à l’électricité en Afrique subsaharienne, la majorité en milieu rural. Les enjeux sont tels que de nombreux États ont modifié leur cadre sectoriel pour ouvrir la porte aux entreprises privées. Face à des sociétés nationales d’électrification souvent déficitaires et à des États subventionnant le carburant pour éviter de facturer l’électricité à son coût réel, les partenariats public-privé sont parfois perçus comme la solution miracle qui permettrait de développer l’accès à l’électricité en milieu rural.

Après presque 20 ans de libéralisation du secteur de l’électricité à Madagascar, le taux d’accès des ménages ruraux reste cependant l’un des plus faibles du continent.

Pourtant ce modèle n’est pas à rejeter, et l’expérience menée par le Gret démontre qu’il est possible, en rééquilibrant la coalition d’acteurs, de mobiliser le secteur privé pour améliorer l’électrification rurale. Un sujet clé tant pour le développement que pour la lutte contre le dérèglement climatique.

Dans cette note de 4 pages, le Gret rend compte de son expérience de coalition d’acteurs mise en oeuvre dans le cadre du projet d’hydroélectricité « Rhyvière ».

En savoir plus sur le projet Rhyviere

Mauritanie : les vertus d’un mal. Un film d’Arte sur le charbon issu du typha

charbon_typha-1-300x300

Une simple plante sauvage : le Typha. Issue de la famille des roseaux, elle prolifère le long des rives du fleuve Sénégal.

Dans les années 80, la mise en service du barrage du Diama a bouleversé l’écosystème du delta. Certaines espèces animales et végétales ont totalement disparu. La présence du Typha bloque aujourd’hui les canaux d’irrigation, empêche une bonne circulation de l’eau du fleuve, ce qui favorise le développement des moustiques et des maladies.

La chaîne de télévision franco-allemande Arte a diffusé le 4 juin 2016 un reportage réalisé en Mauritanie sur le projet Typha, qui vise à lutter contre la déforestation et l’invasion du fleuve Sénégal par le typha, une plante de la famille des roseaux.

Le Gret, l’Iset de Rosso et le Parc national du Diawling expérimentent l’idée innovante de transformer le typha en énergie verte : un charbon écologique, alternative au charbon de bois dans un pays où il est encore majoritairement utilisé. Le documentaire présente l’évolution du projet, depuis l’apparition de la plante invasive et ses conséquences, jusqu’à la semi-industrialisation du processus de production du charbon et ses perspectives.

Film de 24′ produit par la chaine de TV Arte. De Feurat Alani, James de Caupenne, Jacques Santiago Avalos – ARTE GEIE – In Sight Films – Emirats Arabes Unis 2016

Apprenons la culture climat dans les projets de coopération

culture climat

Les deux sessions de formation ‘Climat et coopération décentralisée’ de Cités Unies France, réalisées en 2016 en collaboration avec l’ARENE Ile-de-France, ont donné lieu à une publication commune.
Celle-ci :
- reprend le fil pédagogique de la formation pour acquérir une culture climat et donne des clés d’entrées vers un certain nombre d’outils techniques et financiers ;
- mets à l’honneur des lauréats de l’appel à projet climat lancé par la Délégation à l’action extérieure des collectivités du Ministère français des affaires étrangères ;
- reprend des « paroles d’acteurs » exprimés lors de la formation et
- inscrit les actions de coopération décentralisée dans l’agenda mondial.

Un document de capitalisation synthétique et plein de ressources.

40 pages, en français

PROGRES-lait : l’énergie solaire pour conserver le lait

baiere

PROGRES-lait est un projet lancé en 2014 en Mauritanie et au Sénégal par les ONG ECODEV et ENDA. Il vise à une meilleure valorisation du lait par le renforcement des capacités des éleveurs et l’amélioration de la conservation du lait.

Il prévoit l’installation d’une centaine de mini-plateformes solaires pour refroidir le lait de 2000 producteurs et de 20 laiteries solaires capables de pasteuriser ce lait et de le livrer aux entreprises de transformation de la région.

Pour avoir des informations plus précises sur les résultats de ce projet qui nous semble intéressant, il faut se rapprocher des ONG ENDA et ECODEV.

Plus d’informations sur le site du projet  et le site d’ECODEV  et des photos sur la page Facebook du projet.

Potentiel et déterminants de la demande volontaire en crédits carbone en France

Potentiel-et-déterminants-de-la-demande-volontaire-en-crédits-carbone-en-France-9-pdf-image-210x297

Dans le cadre du projet de référentiel de certification national VOCAL, la demande en crédits carbone sur le marché de la compensation carbone volontaire en France a été quantifiée et caractérisée au travers d’un questionnaire en ligne et des entretiens réalisés au 1er semestre 2016 par I4CE.

Sur la base de ce sondage, près de 2 MTéqCO2 ont été achetées en France en 2015 dans le cadre de la compensation carbone volontaire, à un prix moyen de 4,2€/TéqCO2. Ce prix masque une fourchette de prix très large, et de grandes disparités entre acheteurs : avec d’une part, quelques acheteurs de gros volumes, bénéficiant de prix bas et d’autre part, une majorité d’acheteurs de volumes moindre, achetant à des prix plus élevés.

Cette publication met en évidence les caractéristiques des financements de projets dans le cadre de la compensation carbone ou de démarches assimilées.

Energie et développement – N° spécial de la revue « Mondes en développement »

MED_176_L204

Ce numéro spécial de la revue « Mondes en développement » s’intéresse plus particulièrement à l’accès à l’électricité en Afrique sub-saharienne, et à la nécessité de concilier accès à l’énergie et lutte contre les changements climatiques.

Articles scientifiques de 10-15 pages chacun, en français. Seul le premier est gratuit, les autres sont en accès payant.

A consulter sur cairn.info

 

10 centrales solaires pour 40 000 ruraux dans la région Nord du Burkina Faso

Logo-Fondation-energies-pour-le-mondeCette étude de planification pour l’électrification rurale couvre deux provinces de la région Nord du Burkina Faso, Loroum et Zondoma. Elle vise l’électrification de 10 localités par centrales solaires, soit environ 40000 personnes, notamment grâce à la mise en place de services sociaux de qualité.

La réalisation de cette étude programmatique par la Fondem s’inscrit dans le cadre de son projet MICRÉSOL, qui permet l’acquisition de kits solaires individuels par micro-crédit par des ménages, des micro-entrepreneurs et des centres de santé, dans le Centre-Est du pays.

Elle a été élaborée par la Fondem en collaboration avec le Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières du Burkina Faso, selon la méthodologie Noria développée par cette ONG.

Plus d’informations sur la méthodologie NORIA.

Lire l’étude « 10 centrales solaires pour 40000 ruraux » en ligne.

L’énergie éolienne en Afrique de l’ouest, perspectives de développement du secteur

capverteolienne_5472078Cet article d’un économiste de la Banque Africaine de Développement met en évidence le faible développement de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne, lié notamment à l’absence de politiques et de cadres juridiques clairs.

Lire cet article en ligne.

Cet article de blog s’inspire d’un article de recherche plus complet paru en janvier 2015 dans la revue Energy Research & Social Science, mais payant ou accessible en bibliothèques de recherches.

 

 

Les mini-réseaux électriques comme exemple d’application des thèses d’Elinor Ostrom sur la gouvernance polycentrique de la tragédie des communs

logo-ferdiCette communication scientifique met l’accent sur les questions de gouvernance à résoudre pour progresser dans l’objectif du développement durable n°7 sur l’accès à l’énergie.

Le point de départ de l’analyse est le constat de problèmes majeurs de gouvernance dans les grands réseaux électriques des pays en retard en matière d’accès à l’électricité. Ces problèmes de gouvernance, qui induisent des couts élevés pour les utilisateurs du réseau, relèvent de l’interprétation d’Elinor Ostrom sur la tragédie des communs.

Les projets de mini-réseaux, dont la faisabilité technico-économique a été renforcée ces dernières années du fait des progrès en matière de production d’électricité à partir de sources renouvelables, constituent une réponse possible réaliste à ces défis, dès lors qu’une gouvernance polycentrique permettrait, comme envisagé par Elinor Ostrom, de résoudre la tragédie des communs.

Quelques retours d’expérience à partir de l’observation de projets récents d’électrification rurale permettent d’identifier les facteurs clés de la réussite de ces projets.

Article de 18 p.

La rubrique Electricité de l’Agence Ecofin

agence ecofinEcofin est une agence d’informations économiques sectorielles en ligne qui couvre l’actualité africaine de l’électricité, mais aussi des secteurs finance, télécoms, agro,  mines, hydrocarbures, communication et droits. Sa rubrique Electricité fournit une information actualisée chaque jour à propos des grands projets africains de centrales électriques ou de transport de l’électricité, mais aussi de l’offgrid et de la gestion publique de l’électricité. 

Retrouvez Ecofin-Electricité sur : http://www.agenceecofin.com/electricite#