Biogaz : valorisation des déchets halieutiques à St Louis (Sénégal)

L’association « Le Partenariat » est active depuis de nombreuses années dans la région de St Louis, au nord du Sénégal, notamment dans le domaine de l’assainissement. C’est ce qui l’a conduit à mettre en oeuvre des projets de production de biogaz à partir des déchets présents dans la ville de St Louis, d’abord avec les déchets de l’abattoir, puis maintenant avec les déchets de la transformation du poisson par les femmes.

Ces documents fournis par Le Partenariat fournissent les résultats des premières études, avec notamment des tests de production en grandeur réelle et des plans d’installation.

Special Issue on Renewable Energy in Sub-Saharan Africa Contributions from the Social Sciences

Numéro spécial de la revue américaine Energy Research & Social Science consacré aux énergies renouvelables en Afrique sub-Saharienne.

La plupart de ces articles scientifiques sont payants (mais parfois accessibles au niveau des bibliothèques universitaires). Toutefois les résumés et les noms des auteurs permettent de trouver des contacts intéressants.

La liste des articles et les pdf sont accessibles sur le site de l’ERSS.

Wind energy in sub-Saharan Africa: Financial and political causes for the sector’s under-development

Cet article donne une vue d’ensemble du secteur de l’énergie éolienne en Afrique, principalement en Afrique sub-saharienne. Il décrit l’évolution du marché de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne et les caractéristiques structurelles qui affectent le développement de projets d’énergie éolienne sur le continent. Les auteurs, appartenant tous à la Banque Africaine de Développement, identifient dans la littérature un certain nombre de questions sociales, politiques, économiques et environnementaux qui influent sur l’énergie éolienne. Leur analyse de 94 projets éoliens en Afrique, en se concentrant sur 38 projets situés en Afrique sub-saharienne, suggère que les marchés de l’énergie éolienne en Afrique restent petits, concentrés et naissants. Toutefois ils notent un changement de l’utilisation des financements concessionnels vers un financement non concessionnel et une participation accrue du secteur privé pour financer ces projets. Enfin ils constatent également que le secteur public reste un acteur clé dans le développement du secteur de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne.

Cet article est publié dans la revue Energy Research & Social Science, numéro spécial sur les énergies renouvelables en Afrique sub-Saharienne de janvier 2015.

Inauguration au Burkina Faso de la première entreprise qui fabrique des lampes solaires à l’échelle industrielle en Afrique

lagazel

Jeudi 13 octobre se tenait à Dédougou l’inauguration officielle du premier atelier de fabrication de lampes solaires à l’échelle industrielle en Afrique. Encouragés par le Ministre de l’Energie, des Mines et des Carrières et son Excellence Monsieur l’Ambassadeur de France au Burkina Faso, les deux fondateurs Arnaud et Maxence Chabanne ont présenté aux 300 participants le modèle de fabrication locale des lampes solaires qui contribue au développement industriel du pays. L’objectif est de produire plus d’un million de lampes solaires d’ici 2020, afin de faciliter l’accès à l’énergie des familles africaines n’ayant pas accès à l’électricité.

Ce premier atelier fabriquera dans un premier temps deux modèles de lampes solaires KALO, pour l’éclairage et la recharge de téléphones portables. De 20€ à 30€, les lampes KALO sont accessibles tout en assurant une qualité inégalée. Conçues avec des composants en majorité français et une coque métallique incassable, les lampes offrent jusqu’à 38 heures d’éclairage et sont garanties 2 ans. Leur design n’est pas en reste puisque la lampe KALO a reçu l’Etoile du Design 2016.

Mais l’innovation de LAGAZEL réside surtout dans son modèle de fabrication: produire des lampes solaires en Afrique, au plus proche des lieux de consommation, avec du personnel local qualifié et formé. « La majorité des équipements solaires présents sur le marché africain sont fabriqués en Asie. Les fournisseurs ne sont pas en mesure d’offrir un service après-vente, et les produits défectueux sont stockés sur place sans solution de valorisation en fin de vie », explique Arnaud Chabanne, co-fondateur de LAGAZEL. Avec une dizaine d’années d’expérience au Burkina Faso, Arnaud sait de quoi il parle. Son entreprise CB ENERGIE, créée en 2004, emploie aujourd’hui une trentaine de personnes et est devenue une référence dans le secteur du solaire en Afrique l’Ouest. C’est sur son site de Dédougou, à 300 km au Nord-Ouest de la capitale, qu’ont été aménagés les ateliers de fabrication des lampes KALO inaugurés le 13 octobre.

Avec LAGAZEL, l’objectif est de changer d’échelle pour répondre à l’énorme défi de l’électrification rurale en Afrique, où plus de 70% de la population vit encore dans le noir. Un atelier de fabrication peut produire jusqu’à 500 lampes par jour, et l’entreprise a mis au point L-BOX, un atelier de fabrication clés en main qui permet d’implanter rapidement une unité de fabrication dans un nouveau pays. De quoi atteindre les objectifs qu’Arnaud et Maxence se sont fixés : commercialiser plus d’un million de lampes solaires d’ici 2020, via une dizaine d’ateliers de fabrication répartis sur le continent africain.

What coalitions of stakeholders to electrify Madagascar?

Cet article analyse les succès et les limites du projet d’énergie hydroélectrique Rhyviere à Madagascar et soulève des questions sur le rôle des parties prenantes dans la construction d’un modèle d’électrification rurale efficace et durable. En faisant la promotion d’un modèle de délégation basée sur des institutions solides capables de jouer leur rôle, cette expérience démontre que les organisations de la société civile ont un rôle à jouer dans la construction de coalitions justes et équilibrées des parties prenantes.

Cet article fait partie d’un numéro spécial de la revue Facts Reports consacré à Electrification décentralisée et Développement.

Solar Microcredit, or how to facilitate access to electricity in rural areas: an example in Burkina Faso

Cet article présente le « Microcrédit solaire Burkina Faso » promu dans le cadre d’un programme de la Fondation Energies pour le Monde (Fondem) qui permet l’électrification par kits solaires grâce à la microfinance. Ce programme novateur repose sur des subventions d’appariement, couvrant 40 à 50% de l’investissement, et le microcrédit. Il aide à satisfaire la demande locale en surmontant la barrière posée par les capacités de paiement limitées des clients ruraux et péri-urbains.

Cet article fait partie d’un numéro spécial de la revue Facts Reports consacré à Electrification décentralisée et Développement.

Can rural electrification stimulate the local economy? Constraints and prospects in south-east Mali

L’électrification des petites entreprises rurales dans le cadre d’un mini-réseau isolé, solaire ou hybride, nécessite une conception spécifique adaptée à leurs équipements et à leurs activités (moteurs, froid, soudure …), que ce soit en termes de puissance, d’énergie ou d’horaires de fonctionnement. Et réciproquement l’impact de l’utilisation de leurs équipements sur un mini-réseau isolé doit être évalué. Enfin, le plus souvent, le prix de l’électricité n’est pas la principale contrainte, on constate que les petites entreprises préfèrent acquérir un groupe électrogène dont l’électricité sera coûteuse plutôt que de souscrire un abonnement sur un mini-réseau insatisfaisant.

Ces observations résultent de plusieurs enquêtes et observations réalisées sur le terrain, notamment sur la commune de Koury (16 villages, 54000 habitants) au sud-est du Mali. Elles ont conduit le GERES à proposer la création de zones électrifiées dédiées aux petites entreprises rurales : une Zone d’Activités Electrifiée (ZAE) est complémentaire à l’électrification des ménages. C’est ce que montre Benjamin Paillère, ingénieur électricien du GERES, dans le dernier numéro de la revue Facts Reports publiée par l’Institut Veolia. Dans cette interview, il revient longuement sur  le mini-réseau électrique de Koury, géré par la société Yeeleen Kura, et sur les solutions technique et économique proposées pour l’adapter aux besoins des petites entreprises. Aujourd’hui, une ZAE avec une centrale hybride spécifique est en cours de construction à Koury, avec le soutien de l’AFD.

Cet article fait partie d’un numéro spécial de la revue Facts Reports consacré à Electrification décentralisée et Développement.

CDS: a case of autonomous water and energy networks in Mauritania

Depuis près de dix ans, l’entreprise mauritanienne CDS exploite des réseaux autonomes de fourniture d’eau et d’électricité dans des villages reculés de Mauritanie. Choisie par les autorités à travers plusieurs appels d’offres, la CDS exploite et entretient les infrastructures, et assure la facturation et le recouvrement du paiement par les clients. Cette approche permet l’intervention d’opérateurs nationaux rigoureux et expérimentés et la professionnalisation du secteur.

Cet article est publié dans le numéro spécial de la revue Facts Reports consacré à Electrification décentralisée et Développement.

Decentralized Electrification and Development

facts_reports_special_issue_15

Numéro spécial de la revue Facts Reports, publiée par l’Institut Veolia, et consacré à Electrification décentralisée et Développement. Ce dossier, préfacé par J.-M. Severino, nous fait voyager des Seychelles au Brésil, en passant par Madagascar, le Mali, et bien d’autres lieux où s’inventent de nouvelles organisations pour apporter l’électricité aux ruraux. Mini-grids, energy kiosks, solutions individuelles sont analysés à la fois d’un point de vue technique, économique et social, à travers des situations de terrain. Au-delà de la fourniture d’électricité, les enjeux concernent la fourniture de services : éclairage, services sociaux, services apportés par les entreprises rurales électrifiées, …

Ce dossier comporte 16 articles en anglais.

Chaque article est téléchargeable gratuitement sur Facts Reports.

Electrification décentralisée et Développement, un numéro spécial de la revue Facts Reports

facts_reports_special_issue_15

L’Institut Veolia publie un numéro spécial de sa revue Facts Reports consacré à Electrification rurale et Développement. Ce dossier, préfacé par J.-M. Severino, nous fait voyager des Seychelles au Brésil, en passant par Madagascar, le Mali, et bien d’autres lieux où s’inventent de nouvelles organisations pour apporter l’électricité aux ruraux. Mini-grids, energy kiosks, solutions individuelles sont analysés à la fois d’un point de vue technique, économique et social, à travers des situations de terrain. Au-delà de la fourniture d’électricité, les enjeux concernent la fourniture de services : éclairage, services sociaux, services apportés par les entreprises rurales électrifiées, …

Ce dossier téléchargeable (« voir aussi ») comporte 16 articles librement utilisables à condition de citer leurs auteurs. Chaque article est aussi téléchargeable gratuitement sur Facts Reports.