Afrique & Climat : les ONG africaines se préparent pour Paris 2015

Près de 40 ONG d’Afrique francophone étaient à Paris du 14 au 18 avril dans le cadre du Réseau Climat & Développement (RCD). Leur séminaire annuel était consacré à la préparation du plaidoyer pour la prochaine Conférence pour le climat (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre prochain. Cette rencontre s’est achevée à l’Assemblée nationale française où six représentants de la société civile africaine, accompagnés de représentants d’ONG françaises, ont exprimé leurs recommandations pour la COP21. Quatre (…)

Près de 40 ONG d’Afrique francophone étaient à Paris du 14 au 18 avril dans le cadre du Réseau Climat & Développement (RCD). Leur séminaire annuel était consacré à la préparation du plaidoyer pour la prochaine Conférence pour le climat (COP21) qui se tiendra à Paris en décembre prochain. Cette rencontre s’est achevée à l’Assemblée nationale française où six représentants de la société civile africaine, accompagnés de représentants d’ONG françaises, ont exprimé leurs recommandations pour la COP21. Quatre tables rondes, pour un seul fil conducteur : quels défis l’accord de Paris doit-il relever pour répondre aux besoins des populations les plus vulnérables ?

Plus d’informations dans le reportage complet avec les principales interventions à écouter sur www.reporterre.net

Pour en savoir plus) : http://www.reporterre.net/Afrique-et-climat-il-est-temps-que

—-

Lettre d’information N°5 du programme Typha en Mauritanie

Le programme Typha s’est donné pour objectif la valorisation énergétique à l’échelle artisanale et industrielle du typha

Les points suivants sont abordés dans cette lettre :

  1. l’Iset de Rosso a commencé les tests de production de charbon de Typha à l’échelle industrielle . Il s’est avéré qu’il était techniquement impossible de densifier le Typha sec seul pour la ligne « cuisine ». Une nouvelle matière première a donc fait son apparition dans le processus de production, il s’agît de la balle de riz. Elle est peu utilisée et disponible en grande quantité à Rosso (≈ 8 000 t/an). Il est possible de produire 170 kg/h de bu-chettes en mélangeant 50 % de Typha sec trié avec 50 % de balle de riz brute. La re-cette du charbon de Typha pour encens est elle aussi définie, le Typha carbonisé broyé sera mélangé avec 5 % de gomme arabique.
  1. Breune démarre et 4 nouveaux villages se préparent. L’installation de l’unité artisanale du village de Breune à 13 km à l’est de Rosso a eu lieu en octobre 2014. Après une visite d’échange à l’unité de Garack, les équipes de produc-tion ont été formées à la technique de production et ont suivi une formation en organi-sation et gestion. Les opérateurs sont capables d’assurer une production de qualité.
    Les carbonisateurs, les presses et les claies de séchage pour les nouvelles unités des villages de Tounguène, Chgara, Keur Madickè et Oumou El Ghoura ont été fabriqués intégralement à l’Iset. Actuellement, les bâtiments qui hébergeront les unités sont en cours de construction. En parallèle, les formations à la coupe du Typha et à sa carbo-nisation ont débuté dans les 4 villages. Les unités produiront du charbon début 2015.
  1. La cartographie intégrale des surfaces envahies par le Typha australis dans le bas del-ta du fleuve Sénégal en Mauritanie est finalisée. Le Typha occupe plus de 24 000 hec-tares, soit un potentiel d’environ 240 000 tonnes de charbon produit industriellement.

Pour en savoir plus, contacter :

Représentation du Gret en Mauritanie
BP 5261, ZR 573, TVZ, Nouakchott
tel : +222 45 25 84 96 / e-mail : mauritanie@gret.org
www.gret.org/mauritanie

Contact en Mauritanie : Tourad Ould Sery

Contact en France : Julien Cerqueira

Jacques Monvois

Projets de développement accédant aux fonds carbone – Synthèse

Cette étude a été réalisée par une équipe de P3value pour les ONG GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités), ID (Initiative Développement) et AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans Frontières). L’objectif était de mettre en évidence les conditions de la mobilisation des marchés carbone pour le financement de projets de développement autour du questionnement suivant : Quels intérêts et limites de ce type de financement pour un projet de développement, et comment s’y insère-t-il ? (…)

Cette étude a été réalisée par une équipe de P3value pour les ONG GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités), ID (Initiative Développement) et AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans Frontières).

L’objectif était de mettre en évidence les conditions de la mobilisation des marchés carbone pour le financement de projets de développement autour du questionnement suivant :

  1. Quels intérêts et limites de ce type de financement pour un projet de développement, et comment s’y insère-t-il ?
  2. Quelles conséquences sur la conduite du projet et sur ses retombées auprès des communautés ?
  3. Peut-on définir une ligne de conduite et un positionnement spécifiques pour les ONG sur les marchés carbone ?

Une recherche documentaire et 5 études de cas approfondies (dont 3 projets avec une mission au Mali, au Pérou et au Cambodge) ont ciblé les secteurs « énergie domestique » et « boisement / reboisement ». Un travail d’échanges et de consultation a complété ces travaux.

Les conclusions portent sur les modalités de partage des bénéfices et les retombées économiques locales.

Cette étude a bénéficié du soutien financier du F3E.

Références de la publication)

Auteurs : les ONG AVSF, GERES, ID
Editeur : F3E- 2014- 44 p.

 


 

Contact : mnreboulet13@yahoo.fr

StovePlus investit la Toile

Lancement d’un site web dédié aux porteurs de projet développant des solutions de cuisson propre à travers le monde.

StovePlus est un programme qui vise à améliorer l’accès aux foyers améliorés par les utilisateurs de biomasse (bois, charbon de bois, déchets végétaux…). Issu de près de 20 ans d’expérience du GERES sur le terrain, StovePlus apporte un soutien technique aux porteurs de projet développant des solutions de cuisson propre à travers le monde.

Aujourd’hui, StovePlus investit la toile ! Un site web flambant neuf, un nouveau compte Twitter et une page entreprise sur LinkedIn : restez connectés, StovePlus n’aura plus de secret pour vous !

Découvrez et suivez toutes les actualités, les activités sur le terrain, mais aussi les ressources, la présentation des projets et l’approche du GERES sur StovePlus.org.

Vous êtes hyper actif sur Twitter ? Votre contenu intéresse ! Partage des actualités les plus pertinentes, des ressources les plus intéressantes et des découvertes les plus importantes : on tweete et on retweete avec @Stoveplus.

Enfin, vous pouvez vous abonner à la page Linkedin pour les actus jobs et évènements !

Pour en savoir plus : http://www.stoveplus.org/fr

 


 

Contact : contact@geres.eu

Etude prospectives sur les impacts du changement climatique sur le petit élevage, et inversement, en Afrique sub-saharienne à horizon 2030

L’élevage paysan joue un rôle prépondérant dans la survie de millions d’Africains. En plus de constituer une source d’alimentation et de revenus pour les éleveurs, les animaux ont en effet une valeur environnementale (production de fumier, carburant, matériel de construction, produits désinfectants, vêtements, …) et sociale (dot, cérémonies religieuses) particulièrement importante. Dans le cadre de ses activités, Vétérinaires Sans Frontières Belgium (VSF-B) se préoccupe de l’élevage paysan et du changement climatique, afin de soutenir le développement d’un élevage durable.

Depuis 2007, ENEA travaille sur l’analyse à moyen terme (2020-2030) des potentiels impacts des évolutions environnementales et sociales sur les stratégies et les modèles d’affaire de ses clients (industriels, institutionnels, investisseurs, …). ENEA a développé une méthodologie rigoureuse d’analyse documentée et de cartographie de ces évolutions afin de concevoir, avec ses clients, des stratégies et des feuilles de routes adaptées à ces contraintes environnementales et sociales.

VSF-B développe des programmes particulièrement exposés aux risques associés au changement climatique. Dans le cadre de ses activités de mécénat, ENEA a réalisé avec VSF-B une étude prospective sur les impacts du changement climatique sur l’élevage paysan, et inversement, à horizon 2020, dans les pays d’Afrique subsaharienne, dans une optique d’atténuation / adaptation au changement climatique.

Plus précisément, les enjeux environnementaux et sociaux suivants ont été analysés et synthétisés dans le rapport disponible en téléchargement : changement climatique et perturbations connexes, évolutions démographiques, épuisement des ressources naturelles, impacts environnementaux des activités économiques, et facteurs géopolitiques. L’élevage paysan a ensuite été analysé en regard de ces axes environnementaux et sociaux.

Une telle approche souligne le fait que chaque enjeu environnemental et social présente à la fois des risques et des opportunités pour l’élevage paysan en Afrique.
Cette étude propose ainsi de possibles actions d’atténuation et d’adaptation qui pourraient constituer le point de départ de la définition, au cas par cas, de stratégies d’atténuation et d’adaptation pour les personnes et organisations concernées.

L’étude est téléchargeable par le lien suivant :

http://www.enea-consulting.com/wp-c…

pour en savoir plus) : http://www.enea-consulting.com/actualites/etude-prospectives-sur-les-impacts-du-changement-climatique-sur-le-petit-elevage-et-inversement-en-afrique-sub-saharienne-a-horizon-2020/

—-

Contact : yannael.billard@enea-consulting.com

Trois guides pour la transformation alimentaire motorisée au Bénin

Trois guides qui présentent les process de transformation de la matière première mais aussi les plateformes mécanisées fonctionnant avec de l’huile végétale produite localement.

Plus d’énergie pour la transformation agro-alimentaire, c’est bien sûr plus de rendement, mais aussi moins de pertes de récolte, un travail moins pénible, une amélioration de la qualité des produits finis. Pour contribuer au développement économique du Zou, au centre-sud du Bénin,  GERES a mis en place plus de 20 plateformes multifonctionnelles qui permettent une transformation semi-industrielle des produits agricoles de base tels que le manioc, le fruit de palme ou l’arachide.

Après plus de 5 ans de travail avec les groupements et entrepreneurs locaux propriétaires de ces plateformes, GERES Bénin publie trois guides d’utilisation. Ces documents de capitalisation, pratiques et attractifs, valorisent les actions et les techniques mises en place pour améliorer la transformation agroalimentaire en Afrique rurale, avec des descriptifs précis et illustrés, de la construction de la plateforme au produit final en passant par le moteur.

Ces 3 guides concernent :

- les Equipements de transformation du manioc

- les Equipements de transformation des fruits de palme

- la Production de l’huile d’arachide d’Agonlin, huile de qualité supérieure

Pour en savoir plus : http://www.geres.eu/fr/accueil/94-actualites/breves/640-trois-guides-pour-comprendre-la-transformation-alimentaire-au-benin

Références (Auteur, éditeur, date…)

Clémence Jouan, Dimitri Chincoun, Mathieu Goudet, Benjamin Pallière Editeur : GERES
2014

 


 

Contact : contact@geres.eu

« Wassa, pleins feux sur un cuiseur durable », le 1er webdoc consacré à la cuisson durable en Afrique de l’Ouest, est en ligne !

Le Géres propose un web-documentaire. « Wassa, pleins feux sur un cuiseur durable » propose un voyage ludique, interactif et musical au cœur d’une filière locale de foyers de cuisson améliorés à Bamako.

Au Mali, en Afrique de l’Ouest, 81 % des besoins énergétiques sont couverts par les ressources forestières. La cuisson représente un enjeu majeur en matière d’accès à l’énergie et de préservation du climat.

Devenue une référence internationale pour ses actions de diffusion d’équipements de cuisson efficaces au Cambodge, l’ONG GERES met en oeuvre le projet CEnAO (Climat et Energie en Afrique de l’Ouest) au Mali.
Pour mieux sensibiliser les partenaires et le grand public à l’importance de ces enjeux, l’ONG innove en proposant un web-documentaire. « Wassa, pleins feux sur un cuiseur durable » propose un voyage ludique, interactif et musical au cœur d’une filière locale de foyers de cuisson améliorés à Bamako.

Après une courte introduction l’invitant à se saisir des thèmes de l’énergie et de la cuisson dans le contexte malien, le visiteur plonge en immersion au cœur d’une filière économique de foyers améliorés à Bamako. Des producteurs aux distributeurs, il découvre les difficultés entrepreneuriales et la complexité économique locale. Les utilisatrices, au détour de recettes de cuisine maliennes, racontent pourquoi ce foyer de cuisson améliore leur quotidien.

Ce voyage se déroule sur la musique vibrante de Femi Kuti et de Thomas Bossu, au rythme des images généreuses de Benjamin Rogez et Mathilde Sonnet. Et maintenant, direction Bamako !
Lien hypertexte (Référence, sites à visiter) : http://webdocs.co2solidaire.org/wassa/#Navigation

—-

pour en savoir plus : contact@geres.eu

Revue de presse du PREP- 17 au 23 février 2014

Le programme régional énergie et pauvreté publie chaque semaine une revue de presse sur différentes thématiques comme l’énergie, le climat et l’environnement. Pour en savoir plus, voir à l’adresse : del>http://energyaccessafrica.org

Le programme régional énergie et pauvreté publie chaque semaine une revue de presse sur différentes thématiques comme l’énergie, le climat et l’environnement.

Pour en savoir plus, voir à l’adresse : del>http://energyaccessafrica.org

Jacques Monvois

Etude sur la question du Biogaz au Senegal

Etude très complète de la question du biogaz au Sénégal

Cette étude fait un tour d’horizon très complet de la question du biogaz au Sénégal : cadre politique, institutionnel et réglementaire, intervenants et acteurs, activités et technologies utilisées, coûts d’investissement et d’exploitation, différentes formes de valorisation, de la cuisson à l’éclairage pour les unités domestiques à la production d’électricité et de chaleur sous forme d’eau chaude pour les unités industrielles.

De nombreuses informations qui peuvent intéresser au-delà du Sénégal.

Pour en savoir plus : www.onas.sn

Références de la publication

Auteur : Bocar SY, SEMIS
Editeur : Ministère de l’hydraulique et de l’assainissement du Sénégal, Office national de l’assainissement du Sénégal, avec le soutien de la fondation Bill & Melinda Gates
Novembre 2013
84 pages

mnreboulet13@yahoo.fr