Lauréats 2009 du Prix de la fondation POWEO

Pour la 1ère fois en 2009, la fondation POWEO a primé 3 petits entrepreneurs africains pour leur action en faveur de l’accès de tous à l’énergie.

Prix fondation POWEO 2009 {JPEG}

BETA (Burkina Energies et Technologies Appropriées), Monsieur et Madame T. Boureima Kabre, Koupéla, Burkina Faso

Monsieur Kabre a longtemps travaillé pour des ONG, notamment la Fondation Energies pour le Monde à partir de 2002. En 2005, il crée avec son épouse le premier cybercafé en milieu rural de la région du Kouritenga. En 2006, il élargit l’activité de cette entreprise à l’électrification solaire décentralisée avec la création de BETA et devient partenaire du programme Crédit-Energie et Amélioration de l’Habitat. BETA collabore à d’autres projets portés par des ONG, il équipe aussi des ménages hors programme, et commercialise des lampes solaires rechargeables. Des contrats de consulting dans ce domaine (études, formations, soutien à projets) complètent son activité.

CDS Eau-Energie, Nouakchott, Mauritanie

Pendant ses études à l’Ecole d’Ingénieurs Sup’Méca de Paris, Sidi Khalifou est volontaire à Ingénieurs Sans Frontières. Diplôme d’ingénieur en poche, il rentre en Mauritanie en 1994 où il travaille pour des projets non-gouvernementaux en hydraulique villageoise et en énergies renouvelables.
En 1999, il rejoint CDS, l’entreprise familiale de travaux publics dont il prend la direction en 2007, il l’oriente vers les activités Eau et Energie. Ses prestations : fournitures d’équipements adaptés dans les domaines de l’eau et de l’énergie, travaux d’adduction d’eau potable, de mini-centrales solaires et/ou éoliennes, concession, délégation de gestion et maintenance de services publics d’eau et d’électricité.

www.cds.mr

GD stock solaire, Kayes, Mali & GD Distri-élec, Paris

Salarié pendant de nombreuses années en France dans le domaine du
matériel électrique, M.Diabi Gandega a créé en 2000 sa propre entreprise de
distribution électrique en France puis au Mali. Il a ainsi choisi de mettre ses
compétences commerciales et techniques au service des populations
de la région de Kayes dont il est originaire. Mr Gandega garantit la
pérennité des équipements solaires et des travaux d’électrification
rurale financés par les nombreuses associations de migrants maliens
ou mauritaniens installés en France. Il fournit conseils techniques,
études de dimensionnement, travaux d’installation et de maintenance
d’équipements solaires, facilités de paiement, formation et suivi des
agents d’entretien.

Voir aussi

Les projets de la Fondation Poweo

Séchage solaire des mangues et autres fruits (Mali)

ONG/collectivité : SOLAFRIKA. Partenaires locaux : coopérative des moniteurs d’escalade de Siby. Aide fondation POWEO : 10300 €. Autres financeurs : Solafrika

Contexte :

Au Mali, les mangues sont abondantes en fin de saison sèche mais seulement 20 % sont consommées. Dans la zone touristique du Mandé, la coopérative des moniteurs d’escalade a décidé de s’associer avec l’ONG SOLAFRIKA pour valoriser ces fruits.

La coopérative Djiguiya a été créée en 2008, une 1ère phase de test a donné entière satisfaction.

Objectif

Passer à une échelle plus importante en augmentant le nombre de séchoirs et en professionnalisant la commercialisation.

Résultats :

4 séchoirs solaires ont été construits en avril 2010 par les artisans locaux pour sécher environ 600 mangues tous les 4 jours de mars à juin. En 2011, 3 nouveaux séchoirs ont été construits. 11 personnes participent à la coopérative.

En 2011, plus de 1 T de fruits frais ont été achetés et transformés en 150 kg de fruits secs, l’écoulement est satisfaisant : il y a rupture de stock début 2012 (avant la nouvelle saison). Les mangues séchées et mises sous vide sont vendues :

  • un peu aux populations locales, pas habituées à ce produit, ni à payer pour acheter des mangues
  • un peu aux boutiques de Bamako, mais il est difficile de pénétrer ce marché où on marchande beaucoup et où les marges sont trop faibles
  • principalement aux touristes férus d’escalade ou de randonnée dans cette région. Des visites de l’atelier sont organisées pour les attirer !

Des analyses ont été réalisées pour évaluer la teneur en vitamine A de ces fruits séchés :

  • La teneur en all-trans b-carotène est de 34,45μg / gramme de produit.
  • La teneur en 13-cis-carotène est de 12,87μg / gramme de produit.

L’activité pro-vitamine A est égale à 8 314 μg d’équivalent rétinol / kg de produit. Ce qui représente une quantité importante. La consommation de mangues séchées peut donc aider à pallier les déficits en vitamine A.

SOLAFRIKA poursuit son appui à la coopérative et entreprend des démarches pour l’exportation avec des opérateurs du « commerce équitable ». Le séchage est maintenant étendu aux ananas.

www.solafrika.com

Diffusion de foyers améliorés avec micro-crédit à Mopti (Mali)

ONG/Collectivité : Planète-Urgence. Partenaires locaux : AVEC-Mali. Aide Fondation POWEO : 38000 €. Autres financeurs : Fonds canadien, Solafrika, Planète-Urgence

Contexte

Au nord du Mali, la déforestation atteint un niveau alarmant. Un ménage de Mopti dépense plus de 100 000 FCFA (environ 150 €) par an pour l’achat de bois alors que l’achat d’un foyer amélioré peut être récupéré en quelques mois. Mais les ménages ne peuvent faire cette dépense initiale et les artisans qui fabriquent des foyers ont des difficultés d’écoulement. Par ailleurs Planète-urgence est très engagée dans des actions de reforestation dans cette région.

Objectif

Promouvoir la diffusion de foyers améliorés par la vente à l’aide d’un micro-crédit.

Résultats :

Phase 1 – dans 3 villages : en 2009-2010, 4113 foyers améliorés ont été vendus par 3 groupements de femmes, pour près de 16000 personnes bénéficiaires. L’accompagnement rapproché de Planète Urgence s’est achevé mais la distribution de foyers continue et l’ONG, qui poursuit cette activité sur la ville de Mopti, conserve une relation avec les 3 groupements. Les tests réalisés (24 familles pendant 6 mois) montrent une économie de bois de 22 % avec les foyers améliorés. Cette économie représente, pour les trois communes, 582 T de bois par an (environ 727 m3 de bois ou 16 camions de 33T), à comparer à une productivité de 4087 m3 de bois/an.

Phase 2 – Ville de Mopti (plus de 100000 habitants)

Les foyers « 3 pierres » y sont encore très répandus et la consommation de bois représente en moyenne 3400 Fcfa / semaine / ménage, à comparer au salaire minimum de 30000 Fcfa/mois. 3 modèles de foyers sont proposés, de 4000 à 8000 FCFA (6 à 12 €) selon la taille et le modèle.

11 996 personnes ont participé aux séances de sensibilisation organisées par les 11 animatrices de quartier, 42 gérantes de gargotes ont reçu une information spécifique.

A fin novembre 2011, plus de 6000 foyers ont été vendus en un an, dont 2000 de type rocket-stove (contre un objectif de 1500, ces foyers étant plus économes). Plus de 2000 prêts ont été octroyés avec 100 % de remboursement. Plus d’un quart des habitants de Mopti est touché par ces équipements économes.

www.planete-urgence.org

Pompage solaire pour l’eau potable, commune de Banamba (Mali)

ONG : Hydraulique Sans Frontières. Partenaires locaux : Association de Développement de Banamba, Direction Nationale de l’Hydraulique et de l’Energie du Mali, entreprise locale. Aides fondation POWEO : 31 500 €. Autres financeurs :Communauté d’Agglomération d’Annecy, Chambéry métropole, Agence de l’Eau RMC

La commune de Banamba est située à 200 km au nord-est de Bamako au Mali. En 2007, l’ADB, l’association pour le développement de Banamba, a demandé à Hydraulique Sans Frontières, une ONG basée à Chambéry, de voir comment améliorer l’alimentation en eau potable de 3 villages de cette commune.

Chaque village dispose de plusieurs puits et d’un forage avec pompe manuelle mais un seul est encore utilisable et avec un très faible débit. Quand les puits tarissent, les villageois vont acheter de l’eau à 5 ou 10 km. Les besoins en eau sont de 15 à 20 m3 / village et chaque village dispose déjà d’un comité de gestion de l’eau.

En décembre 2008 un forage est construit à Hababougou. En 2009 un système de pompage solaire permettant d’alimenter un réservoir pour desservir un bloc de bornes-fontaines est installé, des actions de formation à la gestion mais aussi à l’hygiène de l’eau, sont organisées.

En 2010, HSF sollicite la fondation POWEO pour un 2nd village de la commune, les travaux sont en cours.

www.hydrauliquesansfrontieres.org

Des professionnels de l’électrification rurale vont être formés en Afrique de l’Ouest

L’un des premiers programmes européeens de développement d’une filière de l’électrification rurale vient d’être lancé à Bamako. Il va permettre la formation d’un personnel qualifié pour organiser et promouvoir l’électrification des zones rurales à travers l’accès à des services énergétiques modernes et durables.

Financé par la Facilité Energie de l’Union Européenne 2011, ce programme, d’un budget de 875 000 euros, va permettre la formation d’un personnel qualifié pour organiser et promouvoir l’électrification des zones rurales à travers l’accès à des services énergétiques modernes et durables. Le Ministre Malien de l’Energie et de l’Eau, présent durant le lancement, a salué cette initiative et a souligné l’importance d’un tel programme.

EDF a établi un partenariat avec 2iE (l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement- Burkina Faso), le FDE (Fonds de Développement de l’Electrification au Burkina Faso) et l’AMADER, l’Agence Malienne pour le Développement de l’Energie Domestique et l’Electrification Rurale, pour déployer le programme à travers le Mali et le Burkina Faso.

GVEP jouera également un rôle stratégique en allouant 50 000 euros pour permettre à l’AMADER de renforcer les capacités de certains opérateurs maliens, les aidant à consolider leurs entreprises souvent fragilisées et à fournir de l’électrification rurale dans leurs zones d’intervention.

Remerciant tous les partenaires présents lors de la réunion à Bamako la semaine dernière, M. Touré, directeur de l’AMADER, a déclaré : « Ce projet ambitieux répond à un besoin immédiat dans le secteur de l’électrification rurale. Plus de 12000 communautés au Mali n’ont pas encore accès à l’électricité. Grâce à notre partenariat, nous pouvons atteindre nos objectifs et assurer de façon durable l’approvisionnement en énergie. »

Christine Heuraux, Directrice du Département « Appui à la Formation » de la Direction Développement International d’EDF a souligné qu’ afin de s’attaquer efficacement à la complexité du défi de l’électrification rurale, une alliance forte est nécessaire entre petites et grandes organisations, le secteur public et privé, le Nord et le Sud.

« Il ne suffit pas de donner de l’argent ou d’apporter une assistance technique, ou de créer des institutions pour réaliser l’électrification rurale. Un transfert des connaissances techniques, des pratiques de gestion et de marketing à la population sur le terrain est crucial ».

La collaboration de GVEP avec l’AMADER dans ce projet est en phase avec le programme de trois ans appelé Energy SME (ESME), programme financé par le gouvernement russe à travers un fonds fiduciaire de la Banque mondiale, dont l’objectif est de soutenir des petites et moyennes entreprises énergétiques en Afrique sub-saharienne dans le but de réduire la pauvreté dans la région.

Le Mali est l’un des six pays couverts par le programme ESME. GVEP a collaboré avec la Banque Mondiale apportant ses conseils quant à l’orientation du programme et est en charge de l’assistance technique et des actions de renforcement des capacités dans les pays sélectionnés.

Pour lire le communiqué de presse d’EDF sur cet événement cliquez ici.

Laure Ego, GVEP

Mali : une société anonyme va investir 27 milliards de francs CFA dans une centrale hydroélectrique

Près de 27,3 milliards de francs CFA seront investis par une société anonyme dans la réalisation d’une centrale hydroélectrique de 10 MW à Markala, dans la région de Ségou, au centre du Mali.

Contour Global, société anonyme adjudicatrice de la concession, construira et exploitera la centrale qui sera transférée à l’État au terme d’un contrat en BOOT (Build, Own, Operate and Transfer) signé avec le gouvernement du Mali.

L’octroi de concessions pour la réalisation de centrales par des sociétés privées entre dans le cadre de la mise en œuvre d’une politique énergétique visant à prévenir la demande sans cesse croissante en énergie énergétique, a-t-on expliqué de source gouvernementale.


Source : APAnews.

Xavier Dufail

Mali : de l’énergie solaire pour fabriquer du pain

L’énergie solaire a remplacé le bois de chauffe pour la fabrication du pain dans le village de Bougoula (à près de 40 km de Bamako), a-t-on appris mardi des initiateurs de cette expérience nouvelle en matière d’ utilisation des énergies renouvelables.

Le procédé a été introduit par l’ONG Mali-Folkecenter en partenariat avec une ONG finlandaise et le Rotary club Bamako-Amitié.

Cette boulangerie de Bougoula, gérée par une coopérative féminine, a coûté près de 12 millions de FCFA (26 000 dollars US).

Traditionnellement, le pain est produit dans les villages maliens à l’aide du bois de chauffe. Ce qui contribue non seulement à la déforestation, mais aussi à la pollution de l’atmosphère.

La boulangerie de Bougoula fait partie d’une expérience pilote en matière de la production du pain et autres produits de pâtisserie dans le milieu rural. Pour le moment, elle bénéficie aux femmes rurales de trois communes rurales du cercle de Kati, à quelques kilomètres au sud de Bamako.


Source : Agence de Presse Xinhua.

Xavier Dufail

Cookstoves and Markets : Experiences, Successes and Opportunities

Ce rapport de GVEP-I étudie la question suivante : pourquoi le décollage des foyers améliorés de cuisson a-t-il été si lent dans les pays en voie de développement ?

« Cookstoves and Markets : Experiences, Successes and Opportunities »

Editeurs : Kavita Rai et Jevita MacDonald

Publication du GVEP International

Décembre 2009

41 pages en anglais

GVEP International a produit un rapport qui réunit une compilation d’articles écrits par des experts et des représentants d’institutions et de sociétés actives dans la promotion, diffusion et commercialisation de foyers améliorés de cuisson à travers le monde et plus particulièrement dans les pays du Sud où la grande majorité de la population dépend encore du bois et du charbon pour cuisiner.

Pourquoi les foyers de cuisson demandent-ils autant de temps et d’efforts pour être introduits sur le marché avec succès ? Le rapport prend en compte les défis liés à la commercialisation des foyers et analyse les autres raisons qui expliquent l’inertie de ce marché en dépit de l’énorme potentiel lié au remplacement des foyers inefficaces.

Un message est clair. Depuis la phase de conception du foyer jusqu’à celle de diffusion à grande échelle, la promotion de foyers améliorés est grandement dépendante des subventions publiques des gouvernements et des bailleurs (y compris des fonds carbone), du secteur particulier des institutions non lucratives et dans le climat actuel des entrepreneurs visionnaires impliqués dans le secteur social.


Source : article de Alessandra Moscadelli diffusé le 9 décembre 2009 sur le site du GVEP International, repris également sur le site de Hedon où le rapport également peut être téléchargé.

René Massé

Sénégal, Mali : la caravane marocaine de l’export engrange les contrats

Maroc Export a organisé la « caravane marocaine de l’export », réunissant 90 opérateurs économiques et officiels dans un voyage de prospection de trois marchés de l’Afrique de l’Ouest, Sénégal, Mali et Côte d’Ivoire, du 13 au 19 décembre 2009. Les deux premières étapes, Sénégal et Mali, ont conforté les promesses dans le secteur de l’électrification.

Imacab, filiale d’Ingelec, a signé un contrat ferme de 300.000 euros pour un projet d’électrification rurale dans le nord du Sénégal.

A Bamako, le ministre malien de l’Energie a exposé les grands chantiers du pays et soufflé la volonté d’adresser au Maroc une grosse demande de compteurs prépayés.

De son côté, Câbleries du Maroc, via sa filiale sénégalaise, Alliance Energie, a conclu une grosse affaire pour exportation de câbles au Mali. La transaction, dont le montant n’a pas été révélé, est assurée par Attijariwafa bank, via sa filiale Banque Internationale du Mali, dirigée par Youssouf Berrada.

Au-delà de ces belles affaires, le potentiel des marchés de l’Afrique de l’Ouest demande une meilleure structuration. Ce qui, pour Roland Youssef Mohan, chargé de stratégie marketing chez Tri Atlas Motors, passe par « un partenariat construit sur la qualification marketing et un business de l’intelligence ». Car le tout est de trouver « comment faire bénéficier l’Afrique de l’émergence industrielle et technologique marocaine ». Autrement dit, comment transformer en essai la mission de Maroc Export.


Source : un article de Bachir Thiam publié sur le site L’Économiste.

René Massé