Can rural electrification stimulate the local economy? Constraints and prospects in south-east Mali

L’électrification des petites entreprises rurales dans le cadre d’un mini-réseau isolé, solaire ou hybride, nécessite une conception spécifique adaptée à leurs équipements et à leurs activités (moteurs, froid, soudure …), que ce soit en termes de puissance, d’énergie ou d’horaires de fonctionnement. Et réciproquement l’impact de l’utilisation de leurs équipements sur un mini-réseau isolé doit être évalué. Enfin, le plus souvent, le prix de l’électricité n’est pas la principale contrainte, on constate que les petites entreprises préfèrent acquérir un groupe électrogène dont l’électricité sera coûteuse plutôt que de souscrire un abonnement sur un mini-réseau insatisfaisant.

Ces observations résultent de plusieurs enquêtes et observations réalisées sur le terrain, notamment sur la commune de Koury (16 villages, 54000 habitants) au sud-est du Mali. Elles ont conduit le GERES à proposer la création de zones électrifiées dédiées aux petites entreprises rurales : une Zone d’Activités Electrifiée (ZAE) est complémentaire à l’électrification des ménages. C’est ce que montre Benjamin Paillère, ingénieur électricien du GERES, dans le dernier numéro de la revue Facts Reports publiée par l’Institut Veolia. Dans cette interview, il revient longuement sur  le mini-réseau électrique de Koury, géré par la société Yeeleen Kura, et sur les solutions technique et économique proposées pour l’adapter aux besoins des petites entreprises. Aujourd’hui, une ZAE avec une centrale hybride spécifique est en cours de construction à Koury, avec le soutien de l’AFD.

Cet article fait partie d’un numéro spécial de la revue Facts Reports consacré à Electrification décentralisée et Développement.

Valorisation énergétique des coques de cajou par pyrolyse

Rongead-Bobo-atelier transfo cajou Gebana-7

Dans le cadre du projet CAJOUVALOR, RONGEAD et Cefrepade ont mis au point un four de pyrolyse des coques d’anacarde (noix de cajou), le H2CP (High Calorific Cashew Pyrolyser).

Il permet de fournir l’énergie nécessaire à une unité de transformation de cajou (ici l’usine GEBANA de Bobo Dioulasso au Burkina Faso) en transformant les coques de cajou sous forme de gaz de pyrolyse. Les gaz sont directement brûlés en chambre de post combustion pour alimenter la chaudière de transformation des anacardes tandis que le charbon restant peut être utilisé comme un charbon de bois.

En 2016, ce projet a bénéficié du prix Suez-Initiatives-Institut de France et un 2ème H2CP a été installé au Mali.

Bagani tulu et l’unité de production d’huile de Jatropha

ALTERRE Mali est un programme de développement pérenne de filières agrocarburant de proximité et de services énergétiques locaux dans le sud-est du Mali. Il vise l’implantation d’une filière de production et de transformation de graines de jatropha, permettant aux artisans locaux de substituer partiellement ou totalement l’Huile Végétale Pure (HVP) de Jatropha au gasoil.

Bagani tulu est une bande dessinée explique dans le détail, en image, comment fonctionne une unité d’extraction d’Huile Végétale Pure, afin de cerner au mieux les différentes étapes de production et d’en comprendre les enjeux.

JatroREF, des référentiels pour des filières agrocarburants durables à base de Jatropha

Les agrocarburants peuvent améliorer l’accès à l’énergie en milieu rural et réduire le poids des importations de carburant dans la balance commerciale. Mais les agrocarburants sont aussi source d’inquiétudes notamment pour la sécurité alimentaire. L’enjeu est donc de construire et diffuser une information objective et fiable sur les défis que pose le développement de ces filières.

Dans ce contexte, le réseau JatroREF construit des référentiels permettant de caractériser la viabilité socio-économique et la durabilité environnementale des filières paysannes de production d’agrocarburants à base de Jatropha en Afrique de l’Ouest. L’ensemble de ces références est présenté sur le site internet.

ALTERRE Mali, des références pour une filière locale d’huile de jatropha

ALTERRE est un projet de recherche-action visant au développement pérenne de filières agro-carburant de proximité et de services énergétiques locaux dans le sud Bénin et le sud-est du Mali. Il a accompagné l’implantation d’une filière de production paysanne et de transformation de graines de Jatropha, permettant aux artisans locaux de substituer partiellement ou totalement l’Huile Végétale Pure (HVP) de Jatropha au gasoil. Ces travaux ont abouti à des résultats pratiques pour la filière :  itinéraire technique pour la production de graines, norme et coloration de l’huile, adaptation ou réglage d’équipements.

Le diagnostic énergie en milieu rural

Le diagnostic énergie en milieu rural est un outil pour analyser les besoins en énergie et construire des solutions locales adaptées. Il est issu de la pratique des équipes du GERES et de ses partenaires sur le terrain, en Asie et en Afrique. Cette brochure de synthèse présente la méthodologie et 4 études de cas.

Inauguration des unités de production d’huile de Jatropha de Yorosso et de Koury, région de Koutiala, Mali

Le GERES et ses partenaires ont inauguré, le 23 janvier 2014, deux unités de production d’huile végétale pure de jatropha à Yorosso et de Koury (région de Koutiala) pour pallier la crise énergétique que subissent ces territoires ruraux.

Placée sous la présidence du Ministère de l’Energie et de l’Eau, et en collaboration avec l’ANADEB (Agence Nationale de Développement des Biocarburants), cette cérémonie a été l’occasion de présenter les résultats du travail effectué et de l’expertise développée depuis ces 5 dernières années, sur la pertinence de mettre en place des filières paysannes de production d’huile végétale pure (HVP) de jatropha.

A ce jour, plus de 5500 litres d’HVP ont déjà été produits à Yorosso et Koury et utilisés dans les moteurs des artisans locaux. Face à la pénurie d’énergie dans les zones rurales subshariennes, due notamment au coût trop élevé des carburants, les filières de jatropha en circuit de proximité peuvent donc en partie répondre aux besoins de développement essentiels des populations locales, comme la transformation motorisée de leurs produits agricoles.

Pour en savoir plus) : http://www.geres.eu/fr/component/content/article/94-actualites/breves/624-agrocarburants-paysans-inauguration-des-unites-de-production-au-mali

—-

Contact : contact@geres.eu

Des foyers améliorés à Bamako

La biomasse constitue la plus importante source d’énergie domestique en Afrique de l’Ouest. Les projets de diffusion de foyers améliorés dans la région favorisent la réduction de la consommation de bois, limitent la déforestation et les émissions de CO2, et contribuent au développement économique local.

Depuis 2010, l’ONG GERES s’est engagé dans la professionnalisation et le développement d’une filière économique locale de foyers améliorés. Le programme CEnAO (Climat et Énergies en Afrique de l’Ouest) vise un changement d’échelle des pratiques (avec un objectif de diffusion de 30000 foyers/an à Bamako) en plaçant le secteur privé au cœur de son action.

Retrouvez les acteurs et les enjeux de ce programme sur la chaîne Youtube de GERES.
Lien hypertexte : http://www.youtube.com/watch?v=ODPNw5eusss&list=PLAtHAIR_PbDUsqfEgS6xenv1iAAJkL3Nl&index=9

GERES / Benjamin Rogez – 2013

 


 

Pour en savoir plus : mnreboulet13@yahoo.fr

Lauréats 2009 du Prix de la fondation POWEO

Pour la 1ère fois en 2009, la fondation POWEO a primé 3 petits entrepreneurs africains pour leur action en faveur de l’accès de tous à l’énergie.

Prix fondation POWEO 2009 {JPEG}

BETA (Burkina Energies et Technologies Appropriées), Monsieur et Madame T. Boureima Kabre, Koupéla, Burkina Faso

Monsieur Kabre a longtemps travaillé pour des ONG, notamment la Fondation Energies pour le Monde à partir de 2002. En 2005, il crée avec son épouse le premier cybercafé en milieu rural de la région du Kouritenga. En 2006, il élargit l’activité de cette entreprise à l’électrification solaire décentralisée avec la création de BETA et devient partenaire du programme Crédit-Energie et Amélioration de l’Habitat. BETA collabore à d’autres projets portés par des ONG, il équipe aussi des ménages hors programme, et commercialise des lampes solaires rechargeables. Des contrats de consulting dans ce domaine (études, formations, soutien à projets) complètent son activité.

CDS Eau-Energie, Nouakchott, Mauritanie

Pendant ses études à l’Ecole d’Ingénieurs Sup’Méca de Paris, Sidi Khalifou est volontaire à Ingénieurs Sans Frontières. Diplôme d’ingénieur en poche, il rentre en Mauritanie en 1994 où il travaille pour des projets non-gouvernementaux en hydraulique villageoise et en énergies renouvelables.
En 1999, il rejoint CDS, l’entreprise familiale de travaux publics dont il prend la direction en 2007, il l’oriente vers les activités Eau et Energie. Ses prestations : fournitures d’équipements adaptés dans les domaines de l’eau et de l’énergie, travaux d’adduction d’eau potable, de mini-centrales solaires et/ou éoliennes, concession, délégation de gestion et maintenance de services publics d’eau et d’électricité.

www.cds.mr

GD stock solaire, Kayes, Mali & GD Distri-élec, Paris

Salarié pendant de nombreuses années en France dans le domaine du
matériel électrique, M.Diabi Gandega a créé en 2000 sa propre entreprise de
distribution électrique en France puis au Mali. Il a ainsi choisi de mettre ses
compétences commerciales et techniques au service des populations
de la région de Kayes dont il est originaire. Mr Gandega garantit la
pérennité des équipements solaires et des travaux d’électrification
rurale financés par les nombreuses associations de migrants maliens
ou mauritaniens installés en France. Il fournit conseils techniques,
études de dimensionnement, travaux d’installation et de maintenance
d’équipements solaires, facilités de paiement, formation et suivi des
agents d’entretien.

Voir aussi

Les projets de la Fondation Poweo

Séchage solaire des mangues et autres fruits (Mali)

ONG/collectivité : SOLAFRIKA. Partenaires locaux : coopérative des moniteurs d’escalade de Siby. Aide fondation POWEO : 10300 €. Autres financeurs : Solafrika

Contexte :

Au Mali, les mangues sont abondantes en fin de saison sèche mais seulement 20 % sont consommées. Dans la zone touristique du Mandé, la coopérative des moniteurs d’escalade a décidé de s’associer avec l’ONG SOLAFRIKA pour valoriser ces fruits.

La coopérative Djiguiya a été créée en 2008, une 1ère phase de test a donné entière satisfaction.

Objectif

Passer à une échelle plus importante en augmentant le nombre de séchoirs et en professionnalisant la commercialisation.

Résultats :

4 séchoirs solaires ont été construits en avril 2010 par les artisans locaux pour sécher environ 600 mangues tous les 4 jours de mars à juin. En 2011, 3 nouveaux séchoirs ont été construits. 11 personnes participent à la coopérative.

En 2011, plus de 1 T de fruits frais ont été achetés et transformés en 150 kg de fruits secs, l’écoulement est satisfaisant : il y a rupture de stock début 2012 (avant la nouvelle saison). Les mangues séchées et mises sous vide sont vendues :

  • un peu aux populations locales, pas habituées à ce produit, ni à payer pour acheter des mangues
  • un peu aux boutiques de Bamako, mais il est difficile de pénétrer ce marché où on marchande beaucoup et où les marges sont trop faibles
  • principalement aux touristes férus d’escalade ou de randonnée dans cette région. Des visites de l’atelier sont organisées pour les attirer !

Des analyses ont été réalisées pour évaluer la teneur en vitamine A de ces fruits séchés :

  • La teneur en all-trans b-carotène est de 34,45μg / gramme de produit.
  • La teneur en 13-cis-carotène est de 12,87μg / gramme de produit.

L’activité pro-vitamine A est égale à 8 314 μg d’équivalent rétinol / kg de produit. Ce qui représente une quantité importante. La consommation de mangues séchées peut donc aider à pallier les déficits en vitamine A.

SOLAFRIKA poursuit son appui à la coopérative et entreprend des démarches pour l’exportation avec des opérateurs du « commerce équitable ». Le séchage est maintenant étendu aux ananas.

www.solafrika.com