Fondation Energies pour le Monde – Rapport annuel 2016

Logo-Fondation-energies-pour-le-mondeSpécialiste de l’électrification rurale, essentiellement avec des systèmes photovoltaïques, la Fondation Energies pour le Monde est intervenue dans 5 pays africains en 2016 : Burkina Faso, Guinée, Madagascar, Mali, Sénégal.

Ses programmes portent sur l’électrification de localités rurales à l’écart des réseaux nationaux, le plus souvent à l’aide de mini-réseaux alimentés par des centrales solaires de moins de 20 kWc en général. Un travail de planification en amont et d’accompagnement des opérateurs locaux, en matière de micro-crédit, de nouvelles formes de paiement, d’aide à la gestion et à la maintenance des équipements, complètent ces investissements.

Pour en savoir plus, consulter les Rapports annuels téléchargeables sur le site de la Fondation.

Electriciens sans frontières – Rapport annuel 2016

logo esfEn 2016, les 1200 bénévoles et l’équipe salariée de l’ONG Electriciens sans frontières ont mis en oeuvre 120 projets dans 31 pays, 80% faisaient appel aux énergies renouvelables, 1/4 ont contribué à l’accès à l’eau.

Ces actions concernent :

  • les besoins de développement durable (santé, éducation, éclairage, activités économiques, au Maroc, au Kenya, en Guinée, au Vietnam …),
  • mais aussi l’urgence (Haïti)
  • et le soutien à d’autres acteurs de la solidarité internationale (Palestine, Madagascar).

Retrouvez l’ensemble de ces actions dans le Rapport annuel 2016 et l’Essentiel 2016 de l’ONG.

Enjeux du stockage de l’énergie pour un haut niveau de fiabilité des systèmes solaires en milieux désertiques

Ce papier de 8 p. compare trois types de technologies de batteries : plomb, lithium et nickel. Pour chaque  catégorie, il présente les principales caractéristiques techniques et économiques. Il analyse également les principales considérations à prendre en compte pour le choix d’une batterie dans le solaire et des résultats de tests conduits par Sunna Design et le CEA-INES.

Papier non daté

Stage « Construire son cuiseur solaire » à Nantes

BISS_stage_CACpm

L’ONG Bolivia Inti Sud Soleil propose un stage de 2 jours pour fabriquer son propre cuiseur solaire. Les 24 et 25 juin 2017 au Solilab – 8 rue Saint Domingue à Nantes.

Vous fabriquerez votre cuiseur de A à Z. Deux journées pour découvrir le fonctionnement des cuiseurs écologiques,  comprendre comment les intégrer dans votre quotidien et apprendre à les utiliser.

Sont fournis : les matériaux, un thermomètre inox,de nombreux conseils d’utilisation, un livre de recettes détaillées et illustrées (format numérique). Au terme de ces deux journées, vous repartez avec votre cuiseur solaire, prêt à être utilisé.

De votre côté, vous fournissez
– De la bonne humeur, de l’esprit d’entraide
– Des plats conviviaux à partager pour le repas du midi
– Une plaque en métal mat (40×40) qui sert pour la cuisson
– De l’outillage de base, sans rien acheter «exprès»
Les plus : la construction intégrale de votre cuiseur vous permet d’approfondir les principes fondamentaux de la cuisson solaire et le rôle de chaque matériau utilisé.

Tarif : 150 euros (+ adhésion)

Plus d’informations et  s’inscrire : contacter BISS au 02 51 86 04 04 ou par mail à soleil@boliviainti.org

Et pour en savoir plus sur Bolivia Inti Sud soleil : http://www.boliviainti-sudsoleil.org/

Mauritanie : les vertus d’un mal. Un film d’Arte sur le charbon issu du typha

charbon_typha-1-300x300

Une simple plante sauvage : le Typha. Issue de la famille des roseaux, elle prolifère le long des rives du fleuve Sénégal.

Dans les années 80, la mise en service du barrage du Diama a bouleversé l’écosystème du delta. Certaines espèces animales et végétales ont totalement disparu. La présence du Typha bloque aujourd’hui les canaux d’irrigation, empêche une bonne circulation de l’eau du fleuve, ce qui favorise le développement des moustiques et des maladies.

La chaîne de télévision franco-allemande Arte a diffusé le 4 juin 2016 un reportage réalisé en Mauritanie sur le projet Typha, qui vise à lutter contre la déforestation et l’invasion du fleuve Sénégal par le typha, une plante de la famille des roseaux.

Le Gret, l’Iset de Rosso et le Parc national du Diawling expérimentent l’idée innovante de transformer le typha en énergie verte : un charbon écologique, alternative au charbon de bois dans un pays où il est encore majoritairement utilisé. Le documentaire présente l’évolution du projet, depuis l’apparition de la plante invasive et ses conséquences, jusqu’à la semi-industrialisation du processus de production du charbon et ses perspectives.

Film de 24′ produit par la chaine de TV Arte. De Feurat Alani, James de Caupenne, Jacques Santiago Avalos – ARTE GEIE – In Sight Films – Emirats Arabes Unis 2016

Energie et développement – N° spécial de la revue « Mondes en développement »

MED_176_L204

Ce numéro spécial de la revue « Mondes en développement » s’intéresse plus particulièrement à l’accès à l’électricité en Afrique sub-saharienne, et à la nécessité de concilier accès à l’énergie et lutte contre les changements climatiques.

Articles scientifiques de 10-15 pages chacun, en français. Seul le premier est gratuit, les autres sont en accès payant.

A consulter sur cairn.info

 

Low Cost Small Wind Turbines Generators for Developing Countries

samani_548x365Thèse réalisée par S.O. Ani au département Electrical Sustainable Energy de l’Université de Delft (Pays-Bas). Un document intéressant qui fait le point sur les petites éoliennes dans les pays en développement avant d’aborder des aspects plus techniques. Nombreuses références en fin de document.

Abstract traduit :

L’énergie éolienne représente un pourcentage croissant de l’énergie fournie au réseau électrique. La production d’électricité à partir du vent est maintenant moins chère que les autres énergies renouvelables et presque compétitive par rapport aux autres sources classiques de production d’électricité. Cependant, cette croissance impressionnante est en grande partie due aux progrès dans les grandes éoliennes, en particulier les éoliennes off-shore. Par contre, les petites éoliennes ne se sont pas développées à un rythme aussi impressionnant. Au cours des dernières années, un taux de croissance annuel d’environ 30% a été enregistré dans la grande puissance éolienne installée alors que la croissance moyenne des petites éoliennes était de 9%. En dépit de leur énorme potentiel pour fournir de l’électricité à plus d’un milliard de personnes vivant principalement dans les pays en développement.

L’objectif de cette thèse est de développer des générateurs à faible coût adaptés aux petites éoliennes. Une solution de générateur à faible coût est nécessaire pour faire des éoliennes de petite taille une option attrayante pour les régions éloignées des pays en développement qui sont considérés comme les zones ayant le plus grand potentiel pour de tels systèmes. Pour atteindre cet objectif, cette thèse aborde trois grands problèmes identifiés comme responsables de la faible pénétration des petites éoliennes dans les pays en développement : 1) coût élevé des systèmes actuels ; 2) maintenabilité des systèmes ;  3) rendement énergétique et fonctionnement à faible vitesse de vent. Pour relever ces défis, cette thèse porte sur le générateur (photo ci-dessus de T. van Dijk) qui est un composant majeur des petites éoliennes.

Development of wind energy in Africa

cape-verde-wind-farmCe dossier décrit l’évolution du marché de l’énergie éolienne en Afrique et ses caractéristiques structurelles. Il repose sur une analyse de 94 projets.

Ce Working Paper de 43 p., en anglais, a été réalisé par une équipe d’économistes de la Banque Africaine de Développement.

 

10 centrales solaires pour 40 000 ruraux dans la région Nord du Burkina Faso

Logo-Fondation-energies-pour-le-mondeCette étude de planification pour l’électrification rurale couvre deux provinces de la région Nord du Burkina Faso, Loroum et Zondoma. Elle vise l’électrification de 10 localités par centrales solaires, soit environ 40000 personnes, notamment grâce à la mise en place de services sociaux de qualité.

La réalisation de cette étude programmatique par la Fondem s’inscrit dans le cadre de son projet MICRÉSOL, qui permet l’acquisition de kits solaires individuels par micro-crédit par des ménages, des micro-entrepreneurs et des centres de santé, dans le Centre-Est du pays.

Elle a été élaborée par la Fondem en collaboration avec le Ministère de l’Energie, des Mines et des Carrières du Burkina Faso, selon la méthodologie Noria développée par cette ONG.

Plus d’informations sur la méthodologie NORIA.

Lire l’étude « 10 centrales solaires pour 40000 ruraux » en ligne.

L’énergie éolienne en Afrique de l’ouest, perspectives de développement du secteur

capverteolienne_5472078Cet article d’un économiste de la Banque Africaine de Développement met en évidence le faible développement de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne, lié notamment à l’absence de politiques et de cadres juridiques clairs.

Lire cet article en ligne.

Cet article de blog s’inspire d’un article de recherche plus complet paru en janvier 2015 dans la revue Energy Research & Social Science, mais payant ou accessible en bibliothèques de recherches.