Low Cost Small Wind Turbines Generators for Developing Countries

samani_548x365Thèse réalisée par S.O. Ani au département Electrical Sustainable Energy de l’Université de Delft (Pays-Bas). Un document intéressant qui fait le point sur les petites éoliennes dans les pays en développement avant d’aborder des aspects plus techniques. Nombreuses références en fin de document.

Abstract traduit :

L’énergie éolienne représente un pourcentage croissant de l’énergie fournie au réseau électrique. La production d’électricité à partir du vent est maintenant moins chère que les autres énergies renouvelables et presque compétitive par rapport aux autres sources classiques de production d’électricité. Cependant, cette croissance impressionnante est en grande partie due aux progrès dans les grandes éoliennes, en particulier les éoliennes off-shore. Par contre, les petites éoliennes ne se sont pas développées à un rythme aussi impressionnant. Au cours des dernières années, un taux de croissance annuel d’environ 30% a été enregistré dans la grande puissance éolienne installée alors que la croissance moyenne des petites éoliennes était de 9%. En dépit de leur énorme potentiel pour fournir de l’électricité à plus d’un milliard de personnes vivant principalement dans les pays en développement.

L’objectif de cette thèse est de développer des générateurs à faible coût adaptés aux petites éoliennes. Une solution de générateur à faible coût est nécessaire pour faire des éoliennes de petite taille une option attrayante pour les régions éloignées des pays en développement qui sont considérés comme les zones ayant le plus grand potentiel pour de tels systèmes. Pour atteindre cet objectif, cette thèse aborde trois grands problèmes identifiés comme responsables de la faible pénétration des petites éoliennes dans les pays en développement : 1) coût élevé des systèmes actuels ; 2) maintenabilité des systèmes ;  3) rendement énergétique et fonctionnement à faible vitesse de vent. Pour relever ces défis, cette thèse porte sur le générateur (photo ci-dessus de T. van Dijk) qui est un composant majeur des petites éoliennes.

Development of wind energy in Africa

cape-verde-wind-farmCe dossier décrit l’évolution du marché de l’énergie éolienne en Afrique et ses caractéristiques structurelles. Il repose sur une analyse de 94 projets.

Ce Working Paper de 43 p., en anglais, a été réalisé par une équipe d’économistes de la Banque Africaine de Développement.

 

L’énergie éolienne en Afrique de l’ouest, perspectives de développement du secteur

capverteolienne_5472078Cet article d’un économiste de la Banque Africaine de Développement met en évidence le faible développement de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne, lié notamment à l’absence de politiques et de cadres juridiques clairs.

Lire cet article en ligne.

Cet article de blog s’inspire d’un article de recherche plus complet paru en janvier 2015 dans la revue Energy Research & Social Science, mais payant ou accessible en bibliothèques de recherches.

 

 

Special Issue on Renewable Energy in Sub-Saharan Africa Contributions from the Social Sciences

Numéro spécial de la revue américaine Energy Research & Social Science consacré aux énergies renouvelables en Afrique sub-Saharienne.

La plupart de ces articles scientifiques sont payants (mais parfois accessibles au niveau des bibliothèques universitaires). Toutefois les résumés et les noms des auteurs permettent de trouver des contacts intéressants.

La liste des articles et les pdf sont accessibles sur le site de l’ERSS.

Wind energy in sub-Saharan Africa: Financial and political causes for the sector’s under-development

Cet article donne une vue d’ensemble du secteur de l’énergie éolienne en Afrique, principalement en Afrique sub-saharienne. Il décrit l’évolution du marché de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne et les caractéristiques structurelles qui affectent le développement de projets d’énergie éolienne sur le continent. Les auteurs, appartenant tous à la Banque Africaine de Développement, identifient dans la littérature un certain nombre de questions sociales, politiques, économiques et environnementaux qui influent sur l’énergie éolienne. Leur analyse de 94 projets éoliens en Afrique, en se concentrant sur 38 projets situés en Afrique sub-saharienne, suggère que les marchés de l’énergie éolienne en Afrique restent petits, concentrés et naissants. Toutefois ils notent un changement de l’utilisation des financements concessionnels vers un financement non concessionnel et une participation accrue du secteur privé pour financer ces projets. Enfin ils constatent également que le secteur public reste un acteur clé dans le développement du secteur de l’énergie éolienne en Afrique sub-saharienne.

Cet article est publié dans la revue Energy Research & Social Science, numéro spécial sur les énergies renouvelables en Afrique sub-Saharienne de janvier 2015.

The Wind Power, une base de données mondiale sur l’énergie éolienne

The Wind Power est un site indépendant qui fournit une base de données sur les éoliennes et les parcs éoliens. La base contient des données relatives aux parcs, machines, constructeurs, développeurs, opérateurs et propriétaires éoliens : plus de 16000 centrales éoliennes, 1362 machines, 170 pays, …

On y trouve également une liste de rapports techniques ou économiques sur l’énergie éolienne dans le monde, mais également sur l’énergie solaire.

Leurs résumés sont accessibles en ligne mais les rapports eux-mêmes sont, en général, payants.

A noter toutefois que le petit éolien et les éoliennes de pompage (mécaniques) ne sont pas pris en compte ici.

Site disponible en français, anglais, allemand, espagnol.

 

Resouth, Electrification rurale décentralisée au sud de Madagascar

Dans le sud de Madagascar, entre 2008 et 2012, le programme Resouth a permis l’électrification de deux localités, Ambondro et Analapatsy, grâce à l’énergie éolienne et solaire. Quelque 200 abonnés domestiques, sociaux et économiques et plus de 5000 personnes bénéficient, de manière directe ou indirecte, de l’électricité grâce à ce programme d’électrification rurale décentralisée par énergies renouvelables. A Ambondro, située dans la région d’Androy, l’électricité est produite par une centrale éolienne et un réseau local de distribution ; à Analapatsy, dans la région d’Anosy, l’électricité est fournie par des kits solaires photovoltaïques individuels.
Une expérience riche d’enseignements pour les acteurs impliqués et qui profitera à d’autres projets. C’est l’objectif de ce document de capitalisation.

Electricité éolienne pour le Centre de production de semences d’Agnarafaly (Madagascar)

MADAGASCAR, extrême Sud

  • ONG/Collectivité : GRET www.gret.org
  • Partenaire local : collectivités
  • Aide fondation POWEO : 20000 €
  • Autres financeurs : Union européenne

Contexte

Située dans le district d’Amboasary, la station d’Agnarafaly produit des semences adaptées (maïs, sorgho, légumineuses) pour les agriculteurs de l’extrême sud de Madagascar. Elle est équipée d’un système d’irrigation, d’un magasin de stockage de 60 tonnes et d’une maison pour le personnel. Objectif : électrifier la station de semences par l’installation d’une éolienne de 1,4 kW

Résultats :

L’éolienne FORTISS Passaat 1.4 kW a été installée début 2010 sur un mât haubané de 18m de haut. L’installation et la maintenance sont assurées par le représentant local de l’entreprise malgache The Sun and Wind Factory. Une petite formation technique théorique a été donnée pour la gestion de l’installation en cas de cyclone (abaissement de l’éolienne) et dans les opérations courantes de charge.

La force du vent fait tourner les pales de l’éolienne et produit de l’électricité triphasée en 24 V. La puissance varie avec le vent et peut atteindre 1400 W. Ce courant est stocké dans 6 batteries de grande capacité (autonomie de 7 jours de consommation d’électricité). Le boîtier de contrôle réceptionne le courant en 24 V et affiche le niveau de charge venant de la turbine et celui dans les batteries. Ensuite le convertisseur convertit le courant 24 V et délivre une puissance atteignant 800 W en 220 V.

Le courant 220 V passe par le disjoncteur et va alimenter les 5 pièces du bâtiment du personnel (6 prises, 5 ampoules intérieures et 3 ampoules extérieures) 24h sur 24. De ce fait, le personnel peut travailler avec un ordinateur et une imprimante sans compter les autres avantages (chargement batteries téléphones portables des équipes). Toutes les données brutes de la station de semences, relevées manuellement, peuvent être désormais saisies et traitées par ordinateur sur place.

Les besoins de la station sont estimés à 2000 Wh/ jour pour une production du système de 2880 Wh/jour en janvier-décembre à 5000 Wh/jour en octobre. Il était prévu la vente des excédents d’énergie aux 5000 habitants de la zone sous forme de recharge de batteries mais cela n’a pas encore été mis en place en raison de l’insécurité qui règne dans cette région.

www.gret.org

Salon international des énergies renouvelables- Dakar -07 au 10novembre 2012

Le Groupe Expo Carrefour Afrique (EXCAF) organise en collaboration avec le Fonds Africain des Biocarburants et des Energies Renouvelables (FABER),du 07au 10 Novembre 2012 à Dakar, un Salon International des Energies Renouvelables.

Le Salon qui sera ainsi un cadre Africain de promotion,des nouvelles technologies dans les différentes filières des énergies renouvelables, comprendra essentiellement trois(3)volets :

* Une exposition internationale ouverte aux entreprises,aux organisations internationales, aux organismes et structures de recherche et d’études, provenant d’horizons divers et évoluant dans les différentes filières ;

* Un colloque international dont les thèmes seront axés sur les préoccupations majeures des pays africains face à la situation énergétique et sur les solutions alternatives adaptées au contexte africain ;

* Des rencontres de partenariat dont l’objectif principal est de promouvoir les investissements dans les filières des énergies renouvelables.

Jacques Monvois