Les publications de la FERDI

logo-ferdiCréée en 2003 à l’initiative du Cerdi (Université d’Auvergne et CNRS), la Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement International (FERDI) vise à favoriser la compréhension du développement économique international et des facteurs qui l’influencent.

La Ferdi s’implique dans le débat et la réflexion pour l’action post-COP21 avec ses analyses et ses recommandations pour aller « vers une politique du climat réaliste et efficace ». Parmi ses 11 programmes de recherches, Climat & Développement traite, entre autres, de l’électrification grâce aux énergies renouvelables ou encore de l’allocation des fonds d’adaptation.

La Ferdi édite sur son site internet ses nombreuses publications dont l’accès est gratuit : ouvrages, rapports, notes brèves (réf. B), documents de travail (réf. P,  série « politiques de développement » ou série « indicateurs de développement innovants »). Elle édite également les articles de ses Senior Fellows ou des chercheurs de son équipe.

La FERDI, des recherches pour « une politique du climat réaliste et efficace »

logo-ferdiLe réseau Cicle est fier d’accueillir un nouveau membre, la FERDI.

Créée en 2003 à l’initiative du Cerdi (Université d’Auvergne et CNRS), la Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement International vise à favoriser la compréhension du développement économique international et des facteurs qui l’influencent.

Elle promeut les travaux français et européens sur les grandes questions de développement, notamment la nature des politiques économiques du Sud et du Nord les mieux à même de contribuer au développement, en augmentant la capacité de choix des individus et l’égalité des chances entre les nations.

La Ferdi s’implique dans le débat et la réflexion pour l’action post-COP21 avec ses analyses et ses recommandations pour aller « vers une politique du climat réaliste et efficace ».

Parmi ses 11 programmes de recherches, Climat & Développement rejoint particulièrement les préoccupations du réseau Cicle, avec un volet sur l’électrification grâce aux énergies renouvelables ou un autre sur l’allocation des fonds d’adaptation.

La Ferdi édite sur son site internet ses nombreuses publications dont l’accès est gratuit : ouvrages, rapports, notes brèves (réf. B), documents de travail (réf. P,  série « politiques de développement » ou série « indicateurs de développement innovants »). Elle édite également les articles de ses Senior Fellows ou des chercheurs de son équipe.

 

L’énergie et le climat au Forum Convergences 2017

Cvgces-FMC2017-1200x600-1

Le 10ème Forum Convergences aura lieu à Paris les 4 & 5 septembre prochains. L’ODD 7 consacré à l’énergie sera un des 6 ODD mis en avant cette année.

Avec plusieurs sessions consacrées à ce thème, y compris dans ses liens avec le climat. Dans l’ordre chronologique :

  • Objectif 2 degrés : quelles actions pour y parvenir ? Session organisée par EcoAct
  • L’investissement dans les start-ups innovantes actives dans la transition énergétique. Table-ronde organisée par BNP-Paribas
  • Awango by Total
  • Présentation d’un MOOC sur la transition écologique et énergétique dans les pays en développement par l’AFD
  • Les émissions évitées par les Entreprises pour l’Environnement
  • Neutralités carbone & moralité climatique, un fishbowl organisé par le GERES, membre du réseau Cicle, avec la Ville de Paris, L’Oréal et BNP Paribas.
  • Quelles innovations financières pour une économie plus verte ? Table-ronde organisée par Convergences.

5th Microgrid Global Innovation Forum – 4-6 Sept, Barcelone

mgif-logo

Le 5ème Microgrid Global Innovation Forum regroupera des professionnels de l’énergie du monde entier qui débattront sur les solutions techniques et financières pour répondre à la demande pour une énergie propre et fiable dans les régions isolées et les pays en développement qui va faire passer le marché du micro-grid de 9,8 milliards de dollars en 2013 à 35,1 milliards de dollars en 2020.

Pour en savoir plus : http://www.microgridinnovation.com/EMEA/agenda.htm

 

ENEA , 2ème appel à projets pour 2017

logo-enea-black

Chaque année, ENEA lance 2 appels à projets : le 1er en janvier, le 2nd en juin. A l’issue de chacun, ENEA sélectionne 3 porteurs de projets qui bénéficieront du programme ENEA Access.

Pour postuler à l’appel à projets ENEA Access 2017 #2, remplir le formulaire de candidature téléchargeable sur le site d’ENEA.

Date limite : 31/07/2017

Critères d’éligibilité

  • Les projets doivent contribuer à la réduction de la pauvreté et/ou à la réduction des impacts du changement climatique grâce à leur contribution à un meilleur accès à l’énergie.
  • Les projets doivent être développés dans au moins un des pays d’Afrique. Il n’y a pas de restriction con-cernant le pays d’origine du porteur de projet candidat.
  • Le porteur de projet doit être représenté par une entité juridiquement enregistrée.
  • La nécessité financière de faire appel à du conseil pro-bono doit être établie de manière évidente.

Critères de sélection

L’appel à projets d’ENEA Access est un programme très sélectif. Un jury interne à ENEA a été désigné pour assurer que les services de conseil pro-bono soient décernés aux meilleurs projets ayant le plus fort potentiel d’impact local sur l’accès à l’énergie.

Les critères de sélection de ce jury sont les suivants :

  • Niveau de l’impact local du projet en termes d’accès à l’énergie et de services énergétiques
  • Durabilité environnementale, sociale et économique
  • Capacité de déploiement et réplicabilité
  • Transparence des porteurs de projet et de leur volonté de partager des informations utiles au sein de la communauté de l’accès à l’énergie
  • Utilisation de technologies et/ou de business models innovants
  • Impact des services de conseil pro-bono d’ENEA sur le succès du projet

 

Enjeux du stockage de l’énergie pour un haut niveau de fiabilité des systèmes solaires en milieux désertiques

Ce papier de 8 p. compare trois types de technologies de batteries : plomb, lithium et nickel. Pour chaque  catégorie, il présente les principales caractéristiques techniques et économiques. Il analyse également les principales considérations à prendre en compte pour le choix d’une batterie dans le solaire et des résultats de tests conduits par Sunna Design et le CEA-INES.

Papier non daté

Le digital : la solution au défi de l’accès à l’énergie dans les pays en développement ?

logo-Resources

Dans le domaine de l’énergie, partout dans le monde, les innovations numériques foisonnent. Ces innovations pourraient permettre d’accélérer le processus d’électrification des pays en développement, qui souffrent d’un déficit majeur d’accès à l’énergie.

Quelles sont les conditions pour réussir ce saut technologique dans les pays en développement? Comment le numérique peut-il optimiser les systèmes d’alimentation existants (efficacité énergétique, économies, qualité de service…) et servir de levier pour le déploiement des énergies renouvelables ? Quelles stratégies d’alliance entre les grands acteurs de l’énergie expérimentés et les start up innovantes ? Quels nouveaux modèles économiques émergent ? Comment l’innovation observée dans ces territoires pourra-t-elle bénéficier aux pays développés ?

Le 30 Mai, de 8h30 à 10h, le think tank (Re)sources organise, dans le cadre de ses Matinales au Collège des Bernardins à Paris, un débat sur ces questions avec :

Stéphan-Eloïse Gras, co-fondatrice et CEO d’Africa 4 Tech, une plateforme internationale dédiée aux innovations digitales en Afrique. Anciennement coordinatrice de la coopération numérique et prospective à l’Institut Français du Ministère des Affaires Etrangères, elle a développé de 2011 à 2014 «Digital Africa», un cycle de conférences pour les industries numériques en Afrique Subsaharienne. Chercheuse en postdoctorat à la Chaire Humanisme Numérique (Humanum) de Sorbonne-Universités à Paris, elle est également fondatrice et CEO de L’Oreille, un laboratoire mondial d’open innovation qui soutient les start-ups, les grandes entreprises et les institutions  dans la réalisation de projets internationaux d’innovation numérique et de R&D.

Karim El Alami, co-fondateur et CEO de e-Lum, une entreprise de logiciels de service, la première plateforme d’intelligence artificielle de gestion de micro-réseaux électriques locaux pour les acteurs industriels & commerciaux.Diplômé de l’Ecole Polytechnique et de UC Berkeley en Californie, Karim El Alami a, au cours de son année à Berkeley, travaillé en partenariat avec un laboratoire de recherche eCal sur l’optimisation des systèmes énergétiques en Californie. L’expérience acquise en Californie et le témoignage d’industriels au Maroc lui a donné l’envie de développer des solutions de gestion intelligente en énergie pour les pays émergents.

Gilles Vermot-Desroches, directeur du développement durable de Schneider Electric. Après une première expérience comme dirigeant d’ONG puis au sein d’un cabinet ministériel, Gilles Vermot Desroches rejoint Schneider Electric en 1998 pour créer et développer la Fondation Schneider Electric, sous l’égide de la Fondation de France et prend ensuite la responsabilité de la direction du développement durable. Cette nouvelle direction comprend, en plus de la Fondation, l’impulsion et le déploiement des politiques de responsabilité environnementale, éthique et sociétale de Schneider Electric. Il est également en charge de l’entité « accès à l’électricité ».

Modérateur

Laurent Morel, directeur dans les activités conseil de PwC. Il intervient auprès de clients du secteur de l’énergie et des utilities en France et en Afrique Francophone sur des problématiques de transformation et de régulation. Il est ingénieur civil des mines et expert-comptable.

En partenariat avec le projet Lab Laboo de Convergences

Pour vous inscrire, cliquez ici.

Apprenons la culture climat dans les projets de coopération

culture climat

Les deux sessions de formation ‘Climat et coopération décentralisée’ de Cités Unies France, réalisées en 2016 en collaboration avec l’ARENE Ile-de-France, ont donné lieu à une publication commune.
Celle-ci :
- reprend le fil pédagogique de la formation pour acquérir une culture climat et donne des clés d’entrées vers un certain nombre d’outils techniques et financiers ;
- mets à l’honneur des lauréats de l’appel à projet climat lancé par la Délégation à l’action extérieure des collectivités du Ministère français des affaires étrangères ;
- reprend des « paroles d’acteurs » exprimés lors de la formation et
- inscrit les actions de coopération décentralisée dans l’agenda mondial.

Un document de capitalisation synthétique et plein de ressources.

40 pages, en français

Le Climate Action Tracker lance un nouveau portail de données sur le climat et l’énergie

logo-CAT

Le Climate Action Tracker (CAT) est un site d’analyse scientifique indépendant créé par trois organismes de recherche qui suivent le changement climatique et les efforts mondiaux visant à maintenir le réchauffement climatique dans la limite de + 2 ° C.

Le CAT vient de lancer une nouvelle base de données pour suivre les efforts de décarbonisation de 32 pays représentant 80% des émissions mondiales, dont la moitié de pays émergents ou en développement : INDC, niveaux d’émissions de CO2 (par pays, par secteurs d’activités, par habitant, etc…) et évolution, avec un système de notation (et un code couleur) par rapport à l’Accord de Paris, politiques énergétiques, etc …

41 indicateurs permettent de répondre aux questions que vous vous posez sur ces sujets sur la Chine, le Pérou, la France, l’Ethiope … Avec la possibilité de comparer entre-eux les 32 pays.

Un outil, en anglais, riche et d’accès assez facile pour suivre la décarbonisation de chaque pays, avec de nombreux graphiques et schémas clairs.

Accéder à la base de données du CAT avec ce lien

 

Climat Action Tracker, une base de données scientifiques sur le climat et l’énergie par pays

logo-CAT

Le Climate Action Tracker (CAT) est un site d’analyse scientifique indépendant créé par trois organismes de recherche (Climate Analytics, Ecofys, NewClimate Institute) pour rendre compte des changements climatiques et des efforts mondiaux visant à maintenir le réchauffement climatique dans la limite de + 2 ° C.

Le CAT suit les données de 32 pays représentant 80% des émissions mondiales, dont la moitié de pays émergents ou en développement : INDC, niveaux d’émissions de CO2 (par pays, par secteurs d’activités, par habitant, etc…) et évolution, avec un système de notation (et un code couleur) par rapport à l’Accord de Paris, politiques énergétiques, etc … Au total 41 indicateurs sont présentés pour chaque pays, et les 32 pays peuvent être comparés entre eux.

Un outil riche et d’accès convivial pour suivre la décarbonisation de chaque pays, avec de nombreux graphiques et schémas clairs.

Voir le site du CAT  et sa base de données