RDC : gestion durable des ressources Bois-energie

Du 17 au 19 février 2009, le CIRAD a organisé à Gombe un séminaire « Bois et énergie » au bénéfice des chercheurs nationaux et internationaux ainsi que des membres de la Société civile. Au cours de ce séminaire, les organisateurs ont procédé au lancement officiel du Projet Makala, de lutte contre la dégradation des forêts de la République démocratique du Congo.

« Le projet Makala est un projet d’appui qui apportera des solutions aux populations locales. Populations accusées à tort ou à raison, d’être à la base de l’exploitation irrationnelle des forêts », a indiqué J.M. Marien, coordonnateur du projet.

Ce projet, financé à hauteur de 3 millions d’euros, sera mis en oeuvre sur une durée de quatre années. Certaines activités sont prévues aux alentours de Kinshasa et d’autres à Kisangani, dans la province Orientale.

Selon des études menées récemment, 80 % des forêts de la RDC servent à l’exploitation de la braise appelée makala. D’où la nécessité de sensibiliser les populations à l’impact de la déforestation résultante de la production de braise.

« L’on ne peut pas interdire à la population d’abattre les arbres. Mais, il faut plutôt lui indiquer quels arbres peuvent être abattus et quels sont ceux qui doivent être protégés, de façon à protéger les essences plus utiles. Les arbres fruitier doivent être conservés, étant donné qu’ils nourrissent les populations locales pendant plusieurs années ».

Dans son mot de clôture, le secrétaire général à l’Environnement, Abel Léon Kalambay a loué l’initiative prise par les organisateurs du séminaire. Pour lui, le gouvernement ne peut qu’encourager de telles initiatives du développement. « Le ministère de l’Environnement, Conservation de la nature et Tourisme est très conscient de certains points qui suscitent encore des interrogations pour la réussite totale du projet makala. Notamment la sécurisation de la propriété de l’arbre, l’implication des opérateurs privés et communautaires dans les plantations d’arbres », a-t-il déclaré.


Source : un article de O. Kaforo diffusé le 20 février 2009 sur le site Africatime.

René Massé

Kinshasa : Colloque International sur l’Énergie du Bassin du Congo

Ce colloque, qui se déroulera du 17 au 19 novembre 2008, aura pour thème : « Énergies nouvelles et renouvelables au service de la croissance durable : Changement climatique et crise alimentaire ; Responsabilité du Bassin du Congo ; Rôle et perspectives »

Attention : la date de tenue de ce colloque a été reportée au 17 – 19 novembre 2008

Le Bassin du Congo est une région constituée de l’ensemble des pays partageant l’espace couvert par la forêt équatoriale, soit 67% de l’ensemble des forêts africaines.

La République Démocratique du Congo (R.D.C.) à elle seule, regorge 47% des forêts du Bassin. Située au cœur de l’Afrique, elle s’étend sur une superficie de 2 345 095 km² et partage ses frontières avec 9 pays.

En dépit des potentialités importantes que renferme la RDC, de nombreuses lacunes et faiblesses freinent le développement du secteur de l’énergie. Les quelques barrages d’hydroélectricité érigés ça et là sont mal exploités. 6% seulement des populations pauvres ont accès à l’énergie nécessaire en milieu urbain et moins de 1% en milieu rural. Le contraste vient par ailleurs du fait que l’énergie la plus utilisée (le carburant) n’est pas disponible, du fait de l’absence de circuits de distribution et d’infrastructures adéquates de stockage, de transport des produits pétroliers ainsi que de manque d’appui aux véritables microprojets communautaires de développement énergétique.

Ainsi, le défi à relever dans la région est-il de concrétiser le rêve de coopération panafricaine en laissant circuler plus librement les informations sur « les énergies nouvelles et renouvelables » ainsi que sur « le changement climatique et la crise alimentaire ».

L’organisation d’une réunion internationale s’inscrit dans ce contexte qui consiste à créer une discussion des carrefours des acteurs et des experts.

Pour plus d’information :

Jacques Monvois, Gret, Xavier Dufail

La roue hydraulique : le projet d’électrification du centre de Kamonia

La République Démocratique du Congo a fait le choix de promouvoir la petite hydroélectricité pour électrifier les zones rurales, de façon durable.

La roue hydraulique

L’exploitation de l’énergie hydraulique remonte à bien longtemps. Mais, c’est aux environs du 18ème siècle qu’elle a pris de plus en plus d’importance avec l’exploitation de l’écoulement naturel de l’eau pour la production de l’électricité.
Bien que de grandes dimensions, lourdes et construites avec des matériaux locaux, les premières roues hydrauliques étaient néanmoins fiables et fournissaient l’énergie nécessaire pour le fonctionnement des moulins, des scieries, de petites centrales hydroélectriques, etc.., en transformant l’énergie de l’eau en énergie mécanique (travail mécanique).
Aujourd’hui, avec l’évolution technologique, la roue hydraulique constitue, à côté de la turbine, une composante essentielle d’une pico ou micro centrale hydroélectrique pour une électrification rurale décentralisée.

Hydroélectricité en République Démocratique du Congo

En République démocratique du Congo (RDC), nous dénombrons plusieurs pico ou micro installations hydrauliques utilisant la roue hydraulique pour produire un travail mécanique. Toutes ces installations appartiennent à des privés. Pour la plupart, ces roues actionnent des huileries, des scieries, des pompes aspirantes pour l’eau d’alimentation ou d’irrigation.

Une dizaine seulement produisent de l’électricité. Ces dernières ont connu à leurs débuts des dysfonctionnements d’exploitation (mauvaise régulation du débit, instabilité de la tension produite, mauvaise conception des ouvrages, etc..). : un travail de conformité technologique a été réalisé par la Commission nationale de l’énergie (CNE), qui est l’Organe de conseil et d’études du Gouvernement Congolais en matières énergétiques, a alors entrepris un travail de mise en conformité technologique de ces équipements. Ces efforts de réhabilitation et de développement des principaux composants des aménagements ont permis une amélioration de la disponibilité des équipements et ouvrages, une diminution des pertes de production, une amélioration de la sécurité de la fourniture et des installations ainsi qu’une réduction des coûts de maintenance.
Actuellement, l’électricité produite par ces centrales concourre au bien – être des populations concernées.

Constituant une préoccupation majeure du Gouvernement de la RDC, la sécurisation de l’approvisionnement en énergie électrique à long terme a conduit donc au choix du développement de la petite hydroélectricité (pico, micro ou mini) au regard du nombre important des sites propices.
C’est dans ce cadre que s’inscrit la publication par la CNE d’une étude sur les possibilités d’électrification des territoires de la RDC par mini ou micro centrales hydroélectriques. Cette étude a été publiée en octobre 2005. Un des objectifs visés est la mise en valeur de l’énorme potentiel hydroélectrique national ; l’étude cible 345 sites susceptibles d’être aménagés avec de petites centrales hydroélectriques.

Electrification du centre de Kamonia

La CNE a mis en application cette étude avec la conception et la conduite du projet d’électrification du centre de Kamonia par micro centrale hydroélectrique. La technologie utilisée est celle d’une roue hydraulique actionnant une génératrice. Le coût d’investissement de la MCH, y compris les réseaux de distribution, atteint près de 200.000 US $.
D’une puissance installée de 150 kW et d’un productible de 2 295 MWh, l’installation comprend :

  • un petit barrage qui agit comme seuil déversoir afin de régulariser le niveau d’eau et le débit en saison des pluies ;
  • un évacuateur des crues ;
  • une chambre de mise en charge ;
  • un collecteur comprenant un pertuis muni d’un batardeau à commande manuelle, un rétrécissement et une pente de 1% pour accroitre la vitesse de l’eau à l’entrée de la roue ;
  • un coursier où est placée la roue ;
  • une usine abritant d’autres équipements ;
  • un poste élevateur 110/6.600 V et un poste abaisseur 6 ;6/0,4 kV ;
  • un réseau de distribution.

De construction métallique et du type en dessous, cette roue a 3,5 m de diamètre et développe une puissance de 277 CV. Accouplée à un volant, la roue actionne une génératrice synchrone de 150 kVA par l’intermédiaire d’un multiplicateur de vitesse, constitué des poulies à gorges et courroies.

Cette MCH alimente près de 150 ménages, 3 centres médicaux, 4 écoles, quelques PME et ateliers ainsi que l’éclairage public selon une certaine répartition des charges.
Comme quoi, la technologie de la roue hydraulique peut encore servir de nos jours pour améliorer les conditions de vie de nos populations, surtout celles vivant en zones rurales. Toutefois, des considérations techniques doivent être prises en compte et bien respectées pour un fonctionnement optimal et durable.

Mick Mikemoto Lopusu

Nouveau ministre de l’Energie en République démocratique du Congo

Le nouveau gouvernement de la République démocratique du Congo du Premier ministre Antoine Gizenga a été investi le samedi 24 février 2007.

Ce nouveau gouvernement comprend 60 membres, avec :

  • Pour le ministère de l’Energie :
    • M. Salomon Banamuhere, ministre
    • M. Arthur Sedey, vice ministre.
  • Pour le ministère des Hydrocarbures :
  • M. Lambert Mende, ministre.

> Tous les articles sur la République démocratique du Congo

Jean-Pierre Beyoko Loku