Initiative Développement – rapport annuel 2016

Logo ID Noir et BlancInitiative Développement (ID) est une association de solidarité internationale qui, depuis 1994, accompagne des communautés défavorisées des pays du « Sud » en leur donnant les moyens d’agir à travers des structures locales, pour un accès durable à des services de base : soins de santé, eau et assainissement, éducation, agriculture, énergies (pour 20% de son budget) … ID intervient dans l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables en République du Congo, en Chine, aux Comores et au Sénégal.

Le rapport annuel 2016 présente les actions conduites par ses 116 salariés sur le terrain

11ème Atelier du Réseau Climat & Développement à Abidjan

RC&D_mai2017_CI

Le Réseau Climat & Développement (RC&D) a tenu son 11èmeatelier annuel du 22 au 26 mai 2017 à Abidjan en Côte d’Ivoire.  Le RC&D rassemble près de 80 ONG francophones, principalement africaines, qui travaillent à l’articulation entre changement climatique et développement.

Cette rencontre annuelle a rassemblé près de 50 participants, venant d’Afrique et d’Europe : Allemagne, Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun,  Côte d’Ivoire, Djibouti, France, Île Maurice,  Mali, Maroc, Mauritanie, Niger, République Démocratique du Congo, République du Congo, République centrafricaine, Djibouti, Sénégal, Tchad et Togo.

Cet Atelier portait sur le « renforcement du rôle des acteurs non-étatiques dans la mise en oeuvre de l’Accord de Paris ». Il incluait :

  • des échanges et discussions pour renforcer la compréhension et le partage des connaissances et des grands enjeux liés à l’implication des acteurs non étatiques dans la mise en oeuvre de l’Accord de Paris,  partager des exemples et des bonnes pratiques et pour identifier les enjeux politiques et les priorités pour les associations du RC&D en vue de formuler des recommandations.
  • un forum ouvert aux ONG locales et aux collectivités sur le thème de l’inclusion des acteurs non-étatiques dans les différents processus pour lutter contre le changement climatique et pour le développement durable.
  • une visite sur le terrain auprès des habitants d’Azuretty (Grand Bassam). Cette communauté vit au quotidien les effets des changements climatiques : l’érosion de la côte littorale et l’avancée de la mer ont des conséquences non seulement environnementales, mais aussi économiques et sociales.

Retrouvez toutes les informations  sur cet Atelier sur le site du RC&D, en particulier les présentations des contributions nationales (CDN) de la RDC et du Tchad et du programme national d’adaptation (PNA) du Bénin.

Lauréats 2010 du Prix de la fondation POWEO

IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN Association IFRADE, Bukavu, sud-Kivu, Rép. Démocratique du Congo Sahel-Energie, Dakar, Sénégal IDRISSOU Mohamed, gérant de IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN L’aventure débute au début des années 2000. IDRISSOU Mohamed, d’origine béninoise et installé à Maroua, au nord du Cameroun, est alors un électricien qui travaille seul. En 2002, il crée l’établissement de commerce IBC Cameroun avec une orientation Eau & Electricité. Il propose des solutions solaires et gagne (…)

- IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN

- Association IFRADE, Bukavu, sud-Kivu, Rép. Démocratique du Congo

- Sahel-Energie, Dakar, Sénégal

IDRISSOU Mohamed, gérant de IBCC sarl, Maroua, CAMEROUN

L’aventure débute au début des années 2000. IDRISSOU Mohamed, d’origine béninoise et installé à Maroua, au nord du Cameroun, est alors un électricien qui travaille seul. En 2002, il crée l’établissement de commerce IBC Cameroun avec une orientation Eau & Electricité. Il propose des solutions solaires et gagne progressivement des marchés de travaux plus importants. En 2008, fort de son succès, Idrissou décide de transformer son établissement en SARL. Aujourd’hui, IBCC, avec un chiffre d’affaires d’environ 300000 €, fait travailler 9 personnes. Elle réalise des installations solaires dans des zones rurales enclavées et auprès des populations les plus pauvres à la demande de missionnaires, d’ONG, d’organismes de coopération ou de l’état. M.Idrissou a récemment créé IBCC-Bénin à Cotonou.

http://www.ibcam.sitew.com

Solange KASIBA, présidente de l’association IFRADE, Bukavu, sud-Kivu, République Démocratique du Congo

Au Sud-Kivu, les violences, le SIDA et la stigmatisation des victimes des viols sont le lot quotidien des femmes. C’est dans ce contexte difficile que Solange Kasiba décide, en 2005, de créer l’IFRADE (Initiative des femmes pour la redynamisation des atouts de développement). Elle veut encourager l’autopromotion des femmes et la lutte contre la pauvreté.
En 2008, une 1ère presse pour produire des briquettes à partir de déchets verts est construite par un menuisier local. Les déchets (papiers, feuilles mortes, sciures, résidus des usines de thé et des rizeries…) sont collectés, broyés, trempés, mélangés, pressés, séchés sous forme de briquettes utilisables en remplacement du bois ou du charbon de bois. Plus de 50000 briquettes ont été produites en 2010, pour une clientèle de femmes pauvres de Bukavu et sa périphérie. Le Prix de la fondation POWEO a permis à l’IFRADE de développer cette production. Cette activité fournit des revenus aux femmes membres de l’IFRADE et constitue une économie pour les ménages consommateurs, elle évite aux femmes de se déplacer en forêt pour collecter du bois, avec tous les risques que cela comporte, et les nuisances liées à ces déchets sont éliminées.

Becaye Blondin DIOP, gérant de Sahel-Energie, Dakar, Sénégal

Expert comptable de formation, B. Diop est rentré au Sénégal en 2007, fort d’une expérience d’une trentaine d’années en France. Pour créer son entreprise au Sénégal, B. Diop s’appuie sur des fournisseurs de matériels compétents, mais surtout sur ses moyens propres et son expérience. Choix d’un emplacement favorable à Dakar, embauche d’un technicien compétent en énergie solaire, mise en place d’un solide relationnel avec quelques fournisseurs basés en Allemagne vont permettre à Sahel-Energie de croitre.
L’activité de Sahel Energie s’articule autour de deux grands axes :

- l’éclairage solaire : lampes portables Elixo en zone rurale non électrifiée, électrification de centres de santé, éclairage et chauffe-eaux solaires en milieu urbain, lampadaires
- pompage solaire pour l’approvisionnement en eau potable des villages.

www.sahel-energie.com

Voir aussi

Les projets de la Fondation Poweo

Groupe électrogène à l’huile de palme et développement de l’huilerie (RD du Congo)

République démocratique du Congo, Centre-Est, ville de Kabinda. ONG : PVDD. Partenaires locaux : hôpital de Kabinda. Aide fondation POWEO : 23500 €. Autres financeurs : SCD (volontaire expatrié en 2011)

Contexte

Au centre-est de la République Démocratique du Congo et à 1000 m d’altitude, Kabinda est une ville difficile d’accès où le carburant arrive par avion.

L’hôpital de 215 lits, géré par une communauté religieuse, touche plus de 200000 habitants. 2 groupes électrogènes au fonctionnement aléatoire et des panneaux solaires l’alimentent en électricité.

La production des palmiers à huile est abondante à Kabinda … mais sans débouchés. En 2008, PVDD a mis en place une petite huilerie pour produire une huile non acide utilisable dans un moteur.

Objectif

Alimenter un groupe électrogène à l’huile de palme pour réduire de moitié la facture de carburant.

Résultats :

En 2009, CODEART, ONG belge d’appui aux artisans, a adapté et testé un groupe rustique de 30 kVA à l’utilisation de l’huile de palme (un groupe électrogène EP33TDE avec un moteur Kubota équipé d’une génératrice Leroy-Somer).

Quelques adaptations ont été faites, les procédures ont été rédigées (mise en route, rinçage au gasoil, arrêt, changement de filtre, remplissage du réservoir avec de l’huile préchauffée pour être liquide, vidanges). Le groupe est parti en février 2010 pour un long voyage en bateau puis camion…il est arrivé à Kabinda 8 mois après et a été installé par les techniciens de l’hôpital. Les premiers essais sur site donnent une production de 5.6 kWh/heure de fonctionnement et une consommation de 0.4 l/kWh, soit 2.2 l/heure.

Parallèlement, PVDD a démarré en 2011 une action pour l’amélioration et l’augmentation de la production locale d’huile de palme à Kabinda. Le déroulement de ce projet est ralenti par les nombreuses difficultés logistiques rencontrées dans cette région pauvre et difficile d’accès, ainsi que par le départ de responsables de l’hôpital particulièrement impliqués dans cette action.

www.pvdd.asso.fr

Première Rencontre internationale sur l’alimentation énergétique pour les radios de proximité

L’association RFI Planète Radio a organisé la 1ère Rencontre Internationale sur l’alimentation énergétique pour les radios de proximité à Kinshasa (République Démocratique du Congo).

La radio est le média dominant dans la plupart des zones rurales des pays du sud. Elle joue un rôle important de communication à l’échelle régionale et est parfois l’unique source d’accès aux informations nationales. L’accès à une énergie fiable et appropriée aux contraintes environnementales pour les émetteurs radio décentralisés est un défit technique que l’association RFI planète radio tente de relever.

En réunissant différents acteurs africains de la radio en zone décentralisée, RFI Planète Radio a pu établir un cahier des charges minimal pour les solutions alternatives d’alimentation électrique :

  • énergie solaire
  • énergie hydraulique
  • mais aussi…

Article du site web RFI Planète Radio

Tiphaine Massé

RDC : « 200 sites peuvent accueillir des mini-centrales hydroélectriques »

La République Démocratique du Congo dispose de plus de 200 sites remplissant toutes les conditions techniques pour la construction de mini-centrales hydroélectriques capables de fournir l’énergie à moindre coût aux coins les plus reculés du pays, selon le ministre national de l’Énergie.

Le ministre a fait cette déclaration au cours d’une visite d’une ferme alimentée en courant électrique par une mini-centrale de 360 kVA mise sur pied par une équipe d’ingénieurs congolais sur une chute de la rivière Futuka, dans la périphérie de Lubumbashi.

Émerveillé par cette expérience de production d’énergie électrique par une mini-centrale, le ministre de l’Énergie a promis d’initier au niveau de son cabinet une étude de faisabilité de la construction progressive de mini- centrales hydroélectriques sur les sites réunissant toutes les conditions.

Il a parlé notamment des projets de construction de mini-centrales à Mweka, dans la province du Kasai Occidental et de Kabinda dans la province du Kasai Oriental en voie d’exécution.

Ce projet est au centre des préoccupations du président congolais dans le cadre de son programme de reconstruction et de construction des infrastructures de base, appelé « Cinq chantiers de la République ».


Source : APAnews

Xavier Dufail

RDC : la briquette biomasse pour sauvegarder les forêts et parcs du Kivu

Dans le Kivu, dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC), quelques familles des quartiers déshérités expérimentent depuis quelques mois les briquettes biomasse comme une source d’énergie propre réduisant la pollution, l’insalubrité et la déforestation qui étouffent la région.

Le projet est le fruit d’une collaboration entre le Parc national de Virunga (PNVi), l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et le réseau Environnement ressources naturelles et développement (ERND) qui vulgarisent ces briquettes appelée ‘makala ya sasa’ (signifie nouvelle braise, en kiswahili) comme une alternative à l’utilisation du bois de chauffe et de braise.

Les briquettes de biomasse sont fabriquées à partir de feuilles, d’écorces et de pelures de fruits ou d’autres déchets agricoles tels que le riz, le haricot, le maïs, la canne à sucre… Bisimwa Nshombo, ingénieur du réseau ERND, ajoute à cette liste la sciure du bois, et du papier de toute sorte.

A Goma, la principale ville du Nord-Kivu, un sac des briquettes de 60 kilogrammes coûte 12 dollars alors que le prix de la même quantité de charbon oscille entre 25 et 30 dollars. A Bukavu, le sac est vendu à 12.000 francs congolais (environ 13 dollars).

Dans le territoire de Rutshuru, l’ICCN a lancé un projet de fabrication de briquettes combustibles, avec une formation donnée à quelque 3.000 personnes bénévoles qui apprennent cette nouvelle technique.

Selon les membres et experts de ERND, la briquette présente beaucoup d’avantages par rapport aux bois de chauffe et le charbon. « Elle ne produit pas de fumée si le dosage du mélange sciure-papier a été respecté lors de sa fabrication ». En outre, son coût d’achat reste préférentiel. « La briquette permet à nos familles d’économiser de l’argent, de l’énergie. », affirme Bahati à IPS.

Le prix de la briquette n’est pas aussi élevé que celui du charbon. Selon Murhula Zagabe de ERND, il varie d’un endroit à un autre où la briquette a été produite. A Bukavu, 12 briquettes font un kilogramme qui coûte 200 francs congolais (FC, environ 0,22 dollar) alors qu’un kilo de charbon équivaut à 1.000 FC (1,11 dollar), indique-t-il à IPS.

Zagabe précise qu’un kilo de haricot est préparé à l’aide de 25 briquettes, soit deux kilos qui reviennent à 400 FC (0,44 dollars) alors qu’il faut un kilo et demi de charbon qui revient à 1.500 FC (environ 1,66 dollar) pour préparer la même quantité de haricot qui est un aliment principal à Bukavu et Goma.

C’est « un gain non négligeable alors que le revenu mensuel d’un ménage congolais tourne souvent autour de 30 dollars », souligne Nshombo du réseau ERND.

De Mérode promet que dans une année, d’ici le 30 juin 2011, quelque 300.000 personnes auront abandonné l’utilisation du bois de chauffe et du charbon au profit des briquettes biomasse. « Près de 92 % de makala (braise) produit au Nord-Kivu provient d’arbres abattus dans le parc. Et 20 pour cent de cette aire protégée, c’est-à-dire environ 160.000 hectares, sont déjà détruits par la déforestation illégale et la production du charbon de bois ».

Le coordonnateur du groupe de travail de la société civile du Sud-Kivu, Climat REDD (Réduction des émissions liées à la déforestation et la dégradation des forêts), Roger Muchuba, souligne à IPS que la déforestation est une réalité dans cette province. Il affirme que cette situation provoque déjà des conséquences néfastes, ajoutant : « Les pluies, qui se sont abattues les fois dernières à Mwenga et à Tubimbi dans le territoire de Walungu, ont emporté des villages et des ponts ».

Des agents de l’ICCN sensibilisent les populations aux questions de la déforestation et des énergies durables. Le programme recherche également des organisations locales capables de produire des briquettes biomasse. Il leur donne une formation de quatre jours sur la production, le marketing et la vente de briquettes.

« Ce nouveau carburant présente l’avantage d’être une source d’énergie durable, écologique et bon marché. Le coût de production est bas. Les matières premières sont abondantes, et les briquettes fournissent 70 pour cent d’énergie en plus par rapport au makala », affirme Balemba à IPS.

Mais, certains vendeurs qui vivent de la coupe des arbres réagissent : « Nous n’avons que ce seul travail depuis nos ancêtres ; c’est notre vie. Qu’allons-nous devenir ? ».

Il faudra du temps pour faire comprendre à ceux qui doutent encore des désastres de la déforestation sur leur vie et celle des autres, reconnaissent les agents de l’ICCN.


Source : International Press Service.

Xavier Dufail

Évaluer et anticiper les impacts du changement climatique sur les systèmes énergétiques

Ce document d’HELIO International présente une méthode d’évaluation des impacts du changement climatique sur les systèmes énergétiques, catalogue les impacts prévisibles sur les principaux systèmes et détaille les mesures d’adaptation possibles.

Il présente également les analyses faites dans dix pays de l’Afrique subsaharienne en utilisant cette méthodologie.

Pays étudiés : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Kenya, Mali, Nigeria, Ouganda, République Démocratique du Congo, Sénégal et Tanzanie.

« Climatiser les systèmes énergétiques »

Laura E.WILLIAMSON/Hélène CONNOR/Mithra MOEZZI – HELIO International, 80 pages, décembre 2009

Congo : colloque international sur l’énergie renouvelable du bassin du Congo

Ce colloque se tiendra à Kinshasa (RDC) du 2 au 4 novembre 2009. Il aura pour thèmes :
- Energies nouvelles et renouvelables au service de la croissance durable

- Changement climatique et crise alimentaire

- Responsabilité du bassin du Congo : rôle et perspectives

Partenaires principaux de ce colloque :

- Gouvernement de la République

- Ministère de l’énergie

- Ministère du devoeloppement rural

- Universités du congo

Ce colloque espère réunir au moins 250 participants (Experts, Spécialistes, Exploitants, Décideurs, Société Civile) en vue de débattre et de jeter les jalons sur ce que doit être l’apport des énergies renouvelables comme alternative dans l’exploitation rationnelle et durable des ressources énergétiques, minérales, agricoles, dans l’optique de gestion durable des écosystèmes et de la biodiversité du Bassin du Congo.

Pour informations et inscription : www.colloquenergierdc.fr.gd.

René Massé, Xavier Dufail