Nigeria : l’Agence nigériane de protection de l’environnement va produire de l’électricité à partir des déchets

L’Agence pour la protection de l’environnement d’Abuja (AEPB) prévoit de produire 240 MW d’électricité à partir de déchets produits sur le territoire de la capitale fédérale (FCT).

Le directeur de l’AEPB a confié aux journalistes le 21 janvier 2010 que le projet entre dans le cadre des efforts visant à augmenter les recettes de l’agence et de créer des emplois pour les habitants en 2010.

Il a indiqué que deux centrales électriques de 120 MW qui généreront de l’électricité à partir de déchets seront construites à Gosa, sur la route de l’aéroport, et Agata, sur la route de Karishi.

M. Yabo, a également annoncé l’élaboration par l’AEPB de stratégies pour construire six stations de transfert des déchets dans la ville en vue d’accélérer l’évacuation de la matière.

Il a noté que les stations de transferts seront situées à Kubwa et Karu, tandis que quatre autres seront construites dans différentes parties de la ville.

« Actuellement, notre décharge se trouve entre 40 et 50 kilomètres de la ville. Cela rend difficile et fastidieux l’évacuation des déchets pour les entreprises qui éprouvent des difficultés pour évacuer trois à quatre camions de déchets par jour », a-t-il ajouté.

Le directeur a fait remarquer que le manque de moyens constitue sérieusement un obstacle au nettoyage de la ville tout en exprimant l’espoir que la construction de stations de stockage et de traitement permettra d’améliorer les opérations des sous-traitants de déchets et d’assurer une ville propre.


Source : Agence de Presse Africaine.

Xavier Dufail

Évaluer et anticiper les impacts du changement climatique sur les systèmes énergétiques

Ce document d’HELIO International présente une méthode d’évaluation des impacts du changement climatique sur les systèmes énergétiques, catalogue les impacts prévisibles sur les principaux systèmes et détaille les mesures d’adaptation possibles.

Il présente également les analyses faites dans dix pays de l’Afrique subsaharienne en utilisant cette méthodologie.

Pays étudiés : Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Kenya, Mali, Nigeria, Ouganda, République Démocratique du Congo, Sénégal et Tanzanie.

« Climatiser les systèmes énergétiques »

Laura E.WILLIAMSON/Hélène CONNOR/Mithra MOEZZI – HELIO International, 80 pages, décembre 2009

Nigeria : 300 millions de dollars de crédit pour la réforme du secteur énergétique

Le mi­nistre ni­gé­rian de l’In­for­ma­tion est des Com­mu­ni­ca­tions, Prof. Dora Aku­nyi­li a an­non­cé l’ob­ten­tion d’un prêt de 300 mil­lions de dol­lars de l’As­so­cia­tion pour le dé­ve­lop­pe­ment in­ter­na­tio­nal (ADI) ac­cor­dé au gou­ver­ne­ment du Ni­ge­ria pour en­ta­mer les ré­formes dans le sec­teur de l’élec­tri­ci­té. Ce prêt a été oc­troyé dans la cadre de la Fa­ci­li­té spé­ciale de la Banque mon­diale pour le dé­ve­lop­pe­ment des in­fra­struc­tures.

Selon Mme Aku­nyi­li, le Conseil avait exa­mi­né et ra­ti­fié l’ac­cord par an­ti­ci­pa­tion du pré­sident Umaru Yar’adua pour ob­te­nir un prêt de 200 mil­lions de dol­lars de l’ADI pour le Pro­jet d’amé­lio­ra­tion du sec­teur de l’élec­tri­ci­té et du gaz (NEGIP) et une ga­ran­tie à risque par­tiel d’un mon­tant de 100 mil­lions de dol­lars.

Ce prêt est rem­bour­sable sur une pé­riode de 40 ans avec un délai de grâce de dix ans.

Le cré­dit est ob­te­nu à des condi­tions très douces avec une com­mis­sion an­nuelle de 0,75% sur le mon­tant réel du cré­dit et une com­mis­sion d’ou­ver­ture de cré­dit de 0,5% sur le solde non dé­bour­sé du cré­dit.

Le prêt ainsi ac­cor­dé sera rétrocédé à la « Power Hol­ding Com­pa­ny of Ni­ge­ria », dans les mêmes termes et condi­tions que ceux ac­cor­dés au gou­ver­ne­ment fé­dé­ral par l’ADI.

« Il sera uti­li­sé pour fi­nan­cer d’im­por­tants in­ves­tis­se­ments dans le sec­teur éner­gé­tique, no­tam­ment pour le ren­for­ce­ment de la trans­mis­sion et de la dis­tri­bu­tion de l’élec­tri­ci­té », a in­di­qué le mi­nistre.

Prof. Dora Aku­nyi­li a ex­pli­qué que la fa­ci­li­té al­lait éga­le­ment aider le gou­ver­ne­ment ni­gé­rian à lan­cer des pro­grammes de ré­formes dans le sec­teur de l’éner­gie, de l’as­sis­tance tech­nique et du trans­fert des connais­sances.


Source : un article publié le 12 novembre 2009 sur le site Afrique Avenir.

René Massé

Nigeria : signature d’un contrat de production d’énergie éolienne

Le gouvernement nigérian a signé un accord de 18,5 millions d’euros avec la société française Vergnet pour la construction d’un parc éolien de 10 MW à Katsina, dans le nord du Nigeria.

Une cartographie des vents sur le territoire tout entier avait été produite, mettant en évidence de nombreux sites viables pour le déploiement de turbines éoliennes dédiées à la production d’électricité.

La centrale éolienne de 10 MW est un projet clé en main qui devrait être finalisé en 2011, tandis que les turbines éoliennes seront déployées d’ici 2010.

Ce projet est le premier du genre dans le pays mais aussi dans la sous-région ouest africaine.

Selon le document, dans le cadre de son plan global d’action pour les énergies renouvelables, le gouvernement nigérian avait également initié la mise en place de centrales solaires dans certaines parties du pays.


Source : un article d’AfriqueAvenir du 24 septembre 2009.

Xavier Dufail

Nigéria : le 36ème sommet de la CEDEAO veut développer les infrastructures

Constatant le besoin impérieux d’infrastructures dans les pays de la CEDEAO, les participants aux 36ème sommet ont créé une unité de préparation de projets bancables dénommée unité de préparation et de développement des projets (PPDU), chargée aussi de mettre en place d’un Fonds de développement et de financement du secteur des transports et de l’énergie.

Selon le président Gbagbo qui présidait cette rencontre le 22 juin 2009, la Commission de la CEDEAO a déjà approuvé 10 millions de dollars US au titre de ce Fonds régional sur un objectif de 50 millions. Il reste donc 40 millions de dollars à rechercher.

La Conférence a entériné l’idée de la création d’un Fonds de développement et de financement du secteur des transports et de l’énergie qui sera alimenté par un mécanisme de prélèvement effectué sur les recettes générées par les principaux produits de la région. A ce titre, les chefs d’Etat et de gouvernement ont instruit la Commission de travailler en étroite collaboration avec la BIDC et le PPDU à l’effet de présenter les modalités de mise en place de ce fonds.

Le président ivoirien, qui fonde beaucoup d’espoir en ce fonds, a lancé un appel à la communauté internationale et a particulièrement sollicité l’appui de l’Espagne au démarrage et au fonctionnement de l’unité de préparation et de développement des projets.

S’agissant du volet énergie, le présentateur a insisté sur la pérennisation de l’approvisionnement de la région en énergie :
- Un plan commun d’action CEDEAO-UEMOA articulé autour des projets régionaux prioritaires a été adopté et
- des structures importantes ont été créées, telle que le Centre régional pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (CREREE) de la CEDEAO à Praïa.


Source : un article de Franck Dally publié le 23 juin 2009 sur le site Abidjan.net.

René Massé

RDC : Le complexe hydroélectrique d’Inga au cœur des enjeux énergétiques du continent africain

Article publié sur le site de la Banque mondiale le 6 avril 2009. Il décrit la situation, le potentiel, les enjeux et les programmes mis en œuvre pour exploiter ce complexe hydroélectrique : un atout pour le développement de la RDC, mais également pour celui de tous les pays voisins.

* Le complexe d’Inga en RDC a un potentiel hydroélectrique capable d’alimenter 500 millions de personnes à travers le continent africain * Mais à cause des années de négligence des infrastructures énergétiques, les coupures d’électricité sont devenues la norme plutôt que l’exception * Inga fait désormais l’objet d’une attention renouvelée à l’échelle régionale dans le cadre d’un effort visant à réduire les déficits d’énergie au sein de la SADC * La Banque mondiale contribue au financement des investissements dans le secteur de l’énergie au niveau régional, notamment par la réhabilitation de la centrale d’Inga

Le complexe d’Inga

Le complexe hydroélectrique d’Inga constitue le cœur du parc de production de l’énergie électrique de la République démocratique du Congo. Situé dans la partie Ouest du pays, à environ 300 km en aval de Kinshasa, la capitale du pays, le site d’Inga possède un potentiel hydroélectrique de 40 000 à 45 000 MW sur les 100 000 MW que possède le pays tout entier. Il est constitué de deux centrales, Inga 1 et Inga 2, de 1800 MW chacune, mises en service respectivement en 1972 et 1982. Le rêve c’est de renforcer ce potentiel par la construction d’Inga 3 et enfin du Grand Inga.

Mais le potentiel énergétique du pays est aujourd’hui en quasi-hibernation du fait des équipements mal entretenus. En effet, la Société nationale d’électricité (SNEL) ne peut plus assurer la maintenance de ses machines selon les normes. Selon les statistiques de la SNEL, seulement 5% de la population congolaise a accès à l’énergie électrique. A Kinshasa, la présence dans les ménages du courant électrique constitue l’exception, tandis que l’absence ou le délestage constitue la règle. Avec l’accroissement de la population dans la capitale et la floraison de petites unités de production, la demande devient de plus en plus forte. Pour les provinces, le déficit d’énergie électrique est plus criant. La seule province du Katanga, avec son potentiel minier, a besoin de 800 MW en plus des 1424 MW qu’elle reçoit actuellement. A eux seuls, Kinshasa et le Katanga souffrent actuellement d’un déficit de 1400 MW, alors que toute la production d’Inga est actuellement de 1750 MW !

Créer un marché commun de l’électricité dans l’espace SADC

Dans l’incapacité aujourd’hui de réhabiliter seul ce coûteux complexe, le Congo demande l’appui de la communauté internationale, plus particulièrement la collaboration des pays d’Afrique australe. En l’occurrence, la Zambie et le Zimbabwe qui bénéficient déjà de l’électricité produite à Inga, mais aussi d’autres qui se trouvent dans le besoin dont, principalement, l’Afrique du Sud.

Membre de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), la République démocratique du Congo a également intéressé les autres partenaires à la recherche d’une solution durable à la question de l’énergie électrique. Et quatre pays membres de ce regroupement régional, particulièrement intéressés par cette offre de collaboration, l’ont rejoint pour créer le « Westcor Power Project », à travers leurs sociétés nationales en charge de la production de l’énergie électrique. Ainsi, ensemble avec la SNEL, la sud-africaine Eskom, la namibienne Nam Power, l’angolaise Empressa Nacional de Electricidade et la botswanaise Botswana Power Corporation projettent la construction d’Inga 3, une nouvelle centrale électrique de 3500 MW sur le complexe d’Inga ainsi qu’une ligne de transport d’électricité de 3000 km pour alimenter les cinq pays. Les travaux démarrent en principe en 2010.

Outre ces pays qui ont signé des accords particuliers avec le Congo, toute l’Afrique australe a une politique énergétique qui pourrait bénéficier au complexe d’Inga.

La Southern African Power Pool (SAPP) est le pendant électrique de la SADC. Il a pour objectifs généraux le développement cohérent des infrastructures électriques nationales dans un cadre régional et, d’un point de vue pratique, l’intégration des réseaux de transport d’électricité nationaux des pays membres pour créer un marché commun de l’électricité.

C’est dans ce cadre que la RDC et la Zambie ont mis en service une ligne à double capacité qui fait passer la puissance pouvant circuler entre les deux pays de 210 à 500 MW. Cette double ligne servira à relier les réseaux des deux pays à ceux des pays du Sud et de l’Est de l’Afrique. La RDC compte également exporter son courant électrique vers le Mozambique. La construction d’une interconnexion avec Maputo est déjà planifiée. Il est prévu qu’elle exporte 300 MW vers le Mozambique à partir du barrage d’Inga.

En plus des pays de l’Afrique australe, certains pays en Afrique de l’Ouest comme le Nigéria ont également exprimé l’intention d’acheter le courant électrique d’Inga. En 2003 la NEPA, Société nationale d’Electricité du Nigéria, a signé un protocole d’entente avec la SNEL pour fournir de l’électricité au Nigéria à partir du barrage d’Inga.

En Afrique centrale, le Congo-Brazzaville est connecté au réseau de la RDC depuis 1953. Il bénéficie donc de l’apport du Barrage d’Inga depuis sa mise en service.

Banque mondiale : près d’un milliard de dollars d’investissement

Depuis 2002, la Banque mondiale intervient dans le financement du secteur énergétique en RDC, notamment dans les installations hydroélectriques à Inga et autres centrales thermiques de plusieurs grandes villes du pays dans le cadre du Programme Multisectoriel d’Urgence de Réhabilitation et de Reconstruction (PMURR).Ce, au travers des deux projets, à savoir le Projet de Marché d’Electricité d’Afrique Australe (SAPMP) et le Projet de Marché d’Electricité à la Consommation Domestique et à l’Export (PMEDE). Et à cet effet, elle a engagé dans ses pipelines un milliard de dollars.

Le PMEDE compte, entre autres composantes, la réhabilitation des centrales d’Inga en vue d’augmenter la capacité opérationnelle et la fiabilité du niveau actuel de 700 MW à près de 1 300 MW ; la construction de la 2ème ligne Inga-Kinshasa ; ainsi que la réhabilitation et l’extension du réseau de Kinshasa. Il est évalué présentement à 500 millions USD.

Le financement initial de la Banque mondiale en faveur du projet PMEDE est de l’ordre de 300 millions USD. Un financement additionnel de 200 millions USD est envisagé compte tenu du gap constaté après actualisation du coût du projet à la suite de la flambée des prix sur le marché international, à laquelle s’est ajoutée la présente crise financière et économique mondiale.

La construction de la 2ème ligne Inga-Kinshasa, cependant, se fera sur financement de la Banque Européenne d’Investissement (BEI). De l’ordre de 140 millions USD, ce financement est déjà alloué et la durée de travaux est estimée à 3 ans. Le PMEDE se situe dans le prolongement du SAPMP qui vise à promouvoir un marché énergétique régional efficace au sein de la SADC. Il se propose de créer, notamment, les conditions favorables à l’intensification des investissements dans le secteur énergétique.

Dans ce cadre, il est envisagé l’accroissement de 500 à 1000 MW de la capacité de transit du corridor d’exportation d’électricité de la RDC vers l’Afrique australe, via la Zambie. Ce qui requiert au préalable la remise en état de la ligne haute tension à courant continu Inga-Kolwezi (1 700 km) qui injecte de l’énergie dans le réseau à courant alternatif du Katanga par lequel la RDC est interconnectée à l’Afrique du Sud, via le Botswana, le Zimbabwe et la Zambie.

L’augmentation de cette capacité d’exportation exige aussi la mise à disposition préalable de cette énergie. Dès lors, il devenait urgent de réhabiliter auparavant le complexe d’Inga, d’où le PMEDE.

La matérialisation du PMEDE, rassure M. Pembele, va, d’une part, accroître la puissance disponible à Inga et, d’autre part, permettre l’évacuation d’une partie de l’énergie additionnelle réhabilitée vers Kinshasa ainsi que l’implantation dans la partie Est de la capitale d’un poste injecteur. Pour ce qui est du SAPMP, il estime son financement, du reste effectif, à 353 millions USD. Initialement de 178 millions USD, celui-ci a bénéficié d’une rallonge de 175 millions USD, don de la Banque mondiale.

Si le géant s’éveille….

« Si tout Congolais arrive à s’acquitter de sa facture d’électricité, affirme un expert de la SNEL, cela relèvera de 3% le PIB du Congo ». D’autre part, la vente de l’énergie électrique à l’extérieur pourra donner à la SNEL, partant la RDC, plus de moyens de sa politique et ainsi lui permettre de mettre en œuvre son plan de travail pour le bénéfice de la population congolaise. A en croire Latsoucabé Fall du Conseil Mondial de l’Energie (CME), cité par Libération, Grand Inga représente une « opportunité unique » de « promouvoir l’indépendance économique, la paix et la prospérité en Afrique ».

La centrale fournirait de quoi alimenter 500 millions de personnes (l’Afrique compte 900 millions d’habitants) et les industries de nombre de pays du continent. Mais selon des experts de la Banque mondiale, le développement d’Inga 3 et du Grand Inga, quoique nécessaire – l’énergie d’Inga étant propre et bon marché – ne pourra pas résoudre tous les problèmes d’énergie en RDC et en Afrique. C’est la raison pour laquelle le gouvernement congolais en appelle à d’autres solutions en dehors de ce complexe pour desservir les autres centres du pays.


Source : un article publié le 6 avril 2009 sur le site de la Banque mondiale

René Massé

Le Nigeria et le Tchad sollicitent le Cameroun pour leur approvisionnement électrique

Le Nigeria et le Tchad, très intéressés par le potentiel hydroélectrique du Cameroun, ont dépêché à Yaoundé des délégations officielles de haut niveau pour étudier avec les autorités camerounaises la possibilité de ravitailler en énergie, non seulement leurs villes frontalières du Cameroun, mais également celles de l’intérieur.

Le potentiel énergétique du Cameroun pourrait être bientôt mis à contribution pour le développement sous-régional. La firme américano-camerounaise AES SONEL, chargée de la production, du transport, de la distribution et de la commercialisation de l’énergie électrique, projette la réalisation, à Douala, d’une société d’électricité à vocation continentale.

Le Nigeria et le Tchad souffrent périodiquement de longues coupures d’électricité, sans oublier une baisse de tension quasi permanente, ce qui constitue une sérieuse entrave au fonctionnement des activités.

C’est le cas de l’Etat de l’Adamawa, frontalier avec la région de Garoua (Nord), qui sollicite le raccordement au réseau électrique camerounais à partir du barrage hydroélectrique de Lagdo, situé à quelques kilomètres de la ville de Garoua.

Les Etats fédérés du Nigeria, situés dans la partie orientale du pays, voudraient également pouvoir se ravitailler à partir des installations de la Menchum (nord-ouest) pour l’alimentation de certaines localités frontalières. Le chef de la délégation nigériane, le gouverneur de l’Etat de l’Adamawa, Ali Mohammed Dandiyya, a déclaré : « Le Nigeria aura besoin dans un premier temps, au moins de 30 mégawatts (MW) pour notre alimentation domestique ». Une demande susceptible de doubler d’ici les dix prochaines années, pour satisfaire une population estimée à plus de 120 millions d’habitants et une importante activité économique et industrielle.

Coopération Sud-Sud

Pour le Tchad, il s’agira surtout de renforcer l’offre actuelle, puisque la plupart des villes au sud du Tchad, Moundou, Doba, voire la capitale N’Djamena, s’approvisionnent déjà en électricité à partir du Cameroun. Mais il va sans dire que ce pays voisin, qui connaît depuis quelque temps une reprise économique en relation avec le début de l’exploitation du pétrole en 2004, aura besoin de plus d’électricité pour satisfaire ses besoins internes. Le ministre camerounais de l’Eau et de l’Energie, Jean-Bernard Sindeu, a déclaré que ces discussions seront approfondies lors des commissions mixtes bilatérales entre le Cameroun et le Nigeria d’une part, et le Cameroun et le Tchad d’autre part.

En plus de ces deux pays, la Centrafrique s’approvisionne également partiellement en électricité à partir du Cameroun.

La firme américano-camerounaise AES SONEL projette la création d’une société d’électricité à vocation continentale. D’après les projections, la première phase de cette entreprise devrait commencer d’ici 2010, et couvrirait des pays comme le Nigeria, la République démocratique du Congo, ou encore le Sénégal, ainsi que les pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC).

Le Cameroun, dont le parc de production d’électricité actuel est de 1337 mégawatts (MW), dispose du deuxième potentiel hydro-électrique du continent après la RDC, estimé à 20 gigawatts (GW). Actuellement, à peine 6% de ressources énergétiques sont exploitées, alors qu’une importante partie des populations du pays n’a pas accès à l’électricité et que le réseau disponible, qui nécessite des investissements lourds, se caractérise par des coupures aussi bien intempestives que longues.

Une coopération Sud-Sud bien structurée et mutuellement bénéfique pourrait constituer un énorme coup de pouce au développement régional, voire continental.


Source : un article de Achille Mbog Pibasso diffusé le 7 avril 2009 sur le site Les Afriques : le journal de la finance africaine.

René Massé

Nigeria : mise en service d’une centrale électrique opérée par Shell

Une centrale électrique de 650 mégawatts a été mise en service en octobre 2008 au sud du Nigeria.

Une centrale électrique dont la capacité devrait atteindre à terme 650 mégawatts a été mise en service début octobre 2008 au Nigeria, pays dont la production d’électricité est actuellement largement insuffisante, a annoncé son opérateur, la compagnie anglo-néerlandaise Shell.

Le Projet Gaz et Électricité d’Afam appartient à une joint-venture entre la compagnie pétrolière nationale du Nigeria (NNPC, 55%), Shell (30%), les compagnies française Total (10%) et italienne Agip (5%).

La première turbine de la centrale, située dans l’État de Rivers (au sud du pays), a été mise en fonctionnement le 11 octobre et la seconde devrait démarrer fin novembre 2008. La capacité de l’ouvrage, alimenté par du gaz naturel, devrait être de 450 mégawatts d’ici la fin de l’année 2008.

A l’heure actuelle, 1,3 milliard de dollars (1 milliard d’euros) ont été investis dans le projet.


Source : un article publié le 29 octobre 2008 sur le site de Romandie News

René Massé, Xavier Dufail

Nigeria/France : signature d’un protocole d’intention sur l’électricité

La France et le Nigeria ont signé, ce 8 octobre 2008, un protocole d’intention pour un partenariat dans le domaine de l’électricité.

La secrétaire d’État française au Commerce extérieur, Anne-Marie Idrac, a signé le 8 octobre 2008, à Abuja, un protocole d’intention (MoU) pour un partenariat dans le domaine de l’électricité.

Ce document vise à « établir un partenariat dont le but est de renforcer la coopération dans le domaine de la production, la transmission et la distribution d’électricité ».

Concrètement, le Nigeria a décidé d’ouvrir des discussions avec la société française RTE (Réseau de Transport d’Électricité) en vue d’un éventuel audit du secteur de l’électricité et sur les solutions techniques pour le redresser.

A l’issue de la signature, la secrétaire d’État nigériane a rappelé que la fourniture d’énergie était indispensable a la réalisation de l’objectif de faire du pays l’une des vingt premières économies du monde d’ici à 2020.


Source : un article publié sur le site de Romandie News le 9 octobre 2008.

René Massé, Xavier Dufail

Nigeria : début de la production de bio-carburant à partir de la canne à sucre

Le gouvernement de l’État de Kaduna, dans le nord-est du Nigeria, a commencé à produire du carburant à partir de la canne à sucre dans un effort pour développer une source d’énergie alternative, a rapporté mardi l’agence de presse nigériane.

Sani Bello, commissaire d’État nigérian pour les sciences et la technologie, a déclaré lundi à Kaduna que ce projet visait à son début à produire 100 litres de bioéthanol par jour.

Selon lui, le gouvernement d’État a dépensé presque 15 millions de nairas (130.000 dollars) pour mettre en œuvre le projet et il cherchera à augmenter bientôt la production à 300 litres par jour.

M. Bello a fait savoir que le gouvernement d’État envisageait également d’utiliser du maïs et du manioc comme matières premières dans ce projet.


Source : article publié le 16 septembre 2008 sur le site de Xinhuanet

René Massé, Xavier Dufail