Foyers améliorés en Asie et en Afrique : études de cas sur le changement d’échelle

En 2014, le programme Stove+ du GERES et la GIZ-HERA ont cherché à mieux comprendre les modes de financements des modèles d’entreprises de foyers améliorés à travers l’Afrique et l’Asie. Cette étude est réalisée à un moment où les approches axées sur les marchés sont de plus en plus utilisées pour disséminer les foyers améliorés. Dans le même temps, les acteurs du marché cherchent des moyens à long terme et efficaces pour financer leurs activités et investir dans la chaîne de valeurs des cuiseurs.

En se concentrant sur les choix et les flux d’investissements, les chercheurs visent à apporter des recommandations provenant des acteurs majeurs du marché pour les financeurs du secteur (les donneurs ou encore les investisseurs privés) et à transmettre les leçons apprises par les professionnels du secteur.

L’étude analyse 8 modèles d’organisations en Asie et en Afrique : IcoProDac (GERES Cambodge), SZ Consultancy (GIZ, Bangladesh), Envirofit (Inde et Kenya), Cookswell Jiko (Kenya), Toyola Ltd. (Ghana), EnterpriseWorks/ VITA (Ghana) et FAFASO (Burkina Faso).

À partir d’observations directes sur le terrain, de plus de 100 interviews individuelles, de groupes de discussion et de deux groupes de travail régionaux (Phnom Penh, Cambodge et Accra, Ghana), les chercheurs ont rassemblé un grand nombre de données et de recommandations : où, quand et comment investir dans les activités du secteur des foyers améliorés? Quels mécanismes de financement sont utilisés ? Quel rôle les donneurs peuvent-ils jouer ?

Sustainable Green Fuel Enterprise – Etude d’impact social

SGFE (Sustainable Green Fuel Enterprise) est une entreprise sociale créée en 2008 par le GERES et PSE (Pour un Sourire d’Enfant) pour contribuer à la lutte contre la pauvreté et contre la déforestation au Cambodge. SGFE a deux missions :

  • promouvoir les charbriquettes, une alternative au charbon de bois, produites avec des déchets organiques
  • fournir des emplois stables aux collecteurs de déchets pour les aider à améliorer leurs conditions de vie et la scolarisation de leurs enfants.

Cette étude repose sur des enquêtes conduites sur le terrain par Planète d’Entrepreneurs. Elle vise à évaluer l’impact économique et social à la fois pour les employés de SGFE et leurs familles, et pour leurs clients.

Comprendre le coût et mesurer l’impact des projets d’accès à l’énergie

Ou la nécessaire prise en compte du contexte et du point de vue de l’utilisateur final. Etudes de cas croisées d’ONG françaises.

Cette étude pose la question de l’efficience des projets d’accès à l’énergie. Elle propose de regarder l’impact social, économique et environnemental des projets d’accès à l’énergie en prenant en compte le contexte et différents points de vue. En effet, le contexte joue un rôle important sur les coûts des projets et sur leurs impacts. Par ailleurs, l’efficience des projets (impact par montant investi) dépend de la technologie mais aussi de la structure de financement du projet.

La mise en oeuvre du cadre d’analyse sur 6 cas concrets permet de préciser les indicateurs et de confirmer leur pertinence et applicabilité dans un grand nombre de situations. L’analyse des résultats montre la grande diversité des impacts des projets et l’importance de considérer l’efficience selon les points de vue des différents acteurs concernés.

Outcomes Magazine, retour sur 10 ans de finance carbone – La saga des foyers améliorés du GERES au Cambodge

Première ONG française à intégrer la finance carbone au sein d’un projet de développement, le GERES publie le magazine Outcomes (36 pages) qui rend compte de son expérience de diffusion massive de foyers de cuisson améliorés au Cambodge. Avec plus de 3 millions de cuiseurs améliorés commercialisés à la fin de la période d’accréditation (2004-2014), le magazine donne la parole aux acteurs du projet. Notre souhait : que vous puissiez à votre tour vous approprier l’histoire, les techniques et les challenges de cette magnifique aventure humaine.

En savoir plus : http://www.geres.eu/fr/ressources/publications/item/348-outcomes-magazine-retour-sur-10-ans-de-finance-carbone

 


 

Contact : mnreboulet13@yahoo.fr

Des briquettes de charbon durables et sociales

Etude de cas d’une entreprise sociale produisant et distribuant des combustibles durables fabriqués à partir de déchets biomasse (en anglais)

SGFE – Sustainable Green Fuel Enterprise – est une entreprise sociale produisant et distribuant des combustibles durables (briquettes de substitut de charbon) fabriqués à partir de déchets biomasse.

De la combinaison d’anciens ramasseurs de déchet et de déchets (coques de noix de coco et résidus de charbon), ils font quotidiennement naître des briquettes, contribuant à la réduction de la déforestation folle du Cambodge ainsi qu’à la diminution des graves problèmes de santé atteignant les populations défavorisées.


contact pour en savoir plus : contact@sevea-asso.org

Clean Cooking forum 2013- Cambodge 18 mars 2013

L’objectif du Forum est de favoriser une approche de type marché dans le cadre de l’adoption de solutions de cuisson propres, et de continuer à conduire des innovations dans la recherche, le développement du marché, les normes et les tests, financement de projets et l’élaboration des politiques.

Cet évènement est organisé par l’Alliance mondiale pour les foyers améliorés et se tiendra à Phnom Penh, en Asie du Sud – une région au potentiel énorme pour les fourneaux propres et le secteur des carburants, et un marché dynamique pour un grand nombre des acteurs de ce secteur.

Pour en savoir plus) :

- http://www.cleancooking2013.org/
_
—-

Votre courriel : cdahome@sevea-asso.org

The United Nations Foundation’s Energy Access Practitioner Network towards Universal Energy Access- cambodge 17- 18 mars 2013

L’atelier, financé par la Banque asiatique de développement, mettra l’accent sur les derniers développements dans le secteur, avec un accent particulier sur les possibilités d’élargir l’accès à l’énergie en Asie du Sud Est. Les participants pourront apprendre et partager des informations sur le marché de développement, les innovations et les opportunités de financement, et auront la possibilité de réseauter avec des collègues qui aident desservir les marchés de la région.

pour en savoir plus) :

https://unfoundation.box.com/s/cpguxy1vn4cs21h3h10v

—-

- cdahome@sevea-asso.org

Cambodge : étude sur la diffusion d’équipements de cuisson domestiques économes en bois

Cette étude fournit un retour sur les dix ans d’un programme visant à développer la fabrication, la promotion et l’utilisation de cuiseurs autonomes (foyers améliorés) en zone urbaine au Cambodge, ainsi que sur les modalités d’accès à la finance carbone de ce programme.

« Diffusion d’équipements de cuisson domestiques économes en bois au Cambodge »

GERES

décembre 2009

69 pages

Cet ouvrage consiste en un retour d’expérience dont les objectifs sont de :

- Partager des outils méthodologiques innovants et validés dans le domaine de la biomasse énergie ;

- Évaluer quantitativement et qualitativement les impacts socio-économiques et sanitaires de la diffusion des cuiseurs économes au Cambodge ;

- Revenir sur l’articulation de ce programme avec les mécanismes internationaux de la lutte contre le changement climatique.

Sommaire

  1. Retour sur la cuisson à la biomasse dans les pays du Sud et les leçons apprises du projet GERES au Cambodge
  2. Impacts socio-économiques et sanitaires
  3. La finance carbone : un nouveau levier financier pour les projets de cuiseurs économes

Source : GERES.

Xavier Dufail

Cambodge : l’achat de crédits carbone permet à l’AFD de financer un projet de lutte contre la déforestation

Fortement impliquée dans la lutte contre le changement climatique, l’Agence Française de Développement s’est engagée, dans le cadre de sa politique de responsabilité sociale, à réaliser sa neutralité carbone sur la période 2008-2012. Réalisée en octobre 2008, sa première opération d’achat de crédits carbone permet de financer un projet de lutte contre la déforestation au Cambodge.

L’AFD évalue ses émissions de gaz à effet de serre

Réalisé à partir de ses activités et consommations 2007, le Bilan carbone® de l’AFD s’élève à environ 20 000 tonnes d’équivalent CO2 / an, soit 20 tEqCO2 par collaborateur. Ce bilan, calculé selon la méthode homologuée par l’ADEME, porte sur le fonctionnement de ses 2 sites en France (Paris et Marseille) : déplacement des salariés (missions à l’étranger, affectations des expatriés, déplacements domicile-travail), fret, énergie des bâtiments, achats, amortissements.

Réduire ses émissions de CO2

En conformité à l’objectif des pouvoirs publics de division par quatre des émissions du pays d’ici 2050, l’AFD s’est fixé pour objectif de réduire de ses émissions. L’effort portera dans un premier temps sur le développement des outils de communication à distance (visioconférence), un enjeu majeur puisque que les déplacements professionnels représente un peu plus de 50% du total des émissions. Il sera concrétisé progressivement à partir de 2009, par la généralisation des outils de visioconférence dans le réseau d’agences de l’AFD. Par ailleurs, des actions structurelles sur le bâtiment du siège et la sensibilisation des collaborateurs permettent d’agir sur les émissions diffuses, liées à certaines consommations pouvant être réduites (électricité, modes de déplacements, …).

2008-2012 : objectif neutralité carbone

Dans le cadre de sa politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE) adopté en 2007, l’Agence Française de Développement s’est engagée à la neutralité carbone sur la période 2008-2012. Sur cette période, il faudra compenser environ 20.000 tonnes tEq.CO2 par an. La compensation des émissions sera mise en œuvre en plusieurs étapes. La première consiste en l’achat de 60.000 tonnes équivalent CO2 pour la neutralité des activités du siège et de son département de formation, le CEFEB pour la période 2008-2010. Dans une étape ultérieure, le bilan carbone sera étendu au réseau d’agences de l’AFD et une nouvelle opération de compensation sera engagée sur la base d’un bilan global et actualisé.

La première opération d’achat de crédit carbone pour atteindre la neutralité a été réalisée en octobre 2008 par le recours à des actifs carbone permettant de financer un projet de lutte contre la déforestation au Cambodge.

Ce projet finance la construction locale et la mise à disposition de foyers de cuisson à basse consommation permettant ainsi de limiter le recours aux prélèvements forestiers. Il est mis en œuvre par le GERES (Groupe Energies Renouvelables, Environnement et Solidarités), une ONG française qui intervient au Cambodge depuis 1997.

Dans tous les cas, l’Agence Française de Développement procédera systématiquement à l’annulation des actifs correspondant à ces projets, l’objectif n’étant pas de procéder à une opération financière mais de compenser ses émissions de gaz à effet de serre non évitées.


Source : un article publié sur le site de l’AFD

René Massé

Cambodge : première usine de biocarburant

Le Cambodge a inauguré lundi 17 novembre 2008 sa première usine de bioéthanol. La production sera destinée à l’exportation vers le marché européen.

Ce projet a couté 40 millions de US Dollars.

L’usine est implantée dans la province de Kandal, qui entoure la capitale Phnom Penh. Elle devrait dans un premier temps offrir une production de 36 000 litres d’éthanol extrait du manioc, rapporte le quotidien francophone Cambodge-soir. Le projet a été mené par une entreprise sud-coréenne, MH bio-energy Group.

Le chef du gouvernement Hun Sen s’est félicité de l’implantation de ce site. Il en espère la création de 500 emplois directs et une hausse de revenus pour les agriculteurs de la région.

Pour s’approvisionner en manioc, l’une des premières cultures économiques du pays, le projet a ouvert deux branches dans les provinces de Kampong Cham et de Battambang, pour acquérir du manioc directement auprès des cultivateurs locaux. De 30 000 ha en 2005, les surfaces de manioc cultivées sont passées à 100 000 ha en 2007, et couvre 175 000 ha en 2008, en prévision de ce nouveau débouché.

Selon des statistiques officielles, il existait environ 30.000 ha de manioc en 2005 au Cambodge, avec un rendement de près de 536.000 tonnes de farine.

« L’usine compte doubler son volume d’exportation durant les prochaines années ».


Source : un article publié le 19 novembre 2008 sur le site Enerzine.

René Massé