jeudi 21 février 2008

Le Diester : un bilan énergétique et gaz à effet de serre très positif d’après une étude de PriceWaterhouseCoopers en 2007

Les bilans énergétiques et effet de serre des filières biocarburants sont de plus en plus discutés par l’opinion sans que chacun prenne le temps de comprendre les données qu’ils analysent, notamment sur l’amont agricole. En juin 2007, la filière Diester a fait actualiser ses bilans et a identifié les marges de progrès réalisables.

« Diester en environnement »

publié par PROLEA, la Filière frnaçaise pour les huiles et protéines végétales

en 2007
_3 pages

Dans le numéro 70 d’Infos Proléa, la filière Diester restitue les données du nouveau bilan énergétique et gaz à effet de serre réalisée par Price Waterhouse Coopers selon la méthode qui avait été retenue par l’Ademe dès 2002.

D’après ce rapport, le Diester affiche un nouveau rendement énergétique de 3,68 et permet l’économie de 75% de gaz à effet de serre. En d’autres termes, du « champ à la roue », le Diester restitue 3,68 fois plus d’énergie renouvelable que l’énergie fossile qui a été nécessaire à sa production, et il évite trois quarts des émissions de gaz à effet de serre du gazole qu’il remplace.

Par ailleurs, les postes consommateurs d’énergie fossile ont été clairement identifiés sur l’ensemble de la filière. Ainsi, des démarches de progrès sur les aspects industriels (transformation et transestérification), techniques (utilisation de méthanol dans la réaction), ou encore sur la production agricole (gestion de l’azote, mécanisation), sont engagées par la filière avec l’objectif d’atteindre, d’ici quelques années, un bilan énergétique de 5.

Pour plus d’informations :

  • Consulter le site de Proléa et télécharger le document, ou
  • Télécharger directement le document ci-dessous.

Comme le propose Swan Fauveaud dans son message ci-dessous, il convient de proposer l’analyse contradictoire réalisée par l’Association EDEN sur ce sujet. Vous trouverez donc ce fichier également en téléchargement dans l’article ci-dessus.

René Massé


Retour

Laisser un commentaire